Sac photo TARION TR-L, un sac urbain pratique et complet

Les livres juridiques de Joelle VERBRUGGE chez 20Bis Edition

C’est toujours un plaisir de découvrir des marques d’accessoiristes photo, et de tester leurs équipements. Régulièrement, nous avons entre les mains des produits pratiques, ergonomiques, et généralement abordables.

C’est le cas de ce sac à dos de la marque TARION, le TR-L. Dans cet article, je vais le qualifier essentiellement de sac urbain. C’est en effet l’usage principal que je lui trouve après 2 mois de tests quotidiens.

Comme toujours, ce sac répond à certains besoins, et s’il ne fera pas le bonheur de tous les photographes, la plupart lui trouveront une réelle utilité au quotidien. Commençons déjà par ses caractéristiques.

Fiche technique
  • Dimensions extérieures : 41(H)x27,5(L)x17cm(P)
  • Poids : 1,09Kg
  • Matériau : Tissu polyester 1200D résistant à l’eau
  • Peut contenir un ordinateur jusque 14″ + 1 tablette
  • Housse anti pluie fournie
Le sac

Comme vous pouvez le voir, c’est à la fois un poids plume et il est peu encombrant. Il est arrivé très bien protégé à la rédaction. Bien que Tarion soit une marque asiatique, qui vend depuis son propre site, le sac est disponible sur Amazon, pour une livraison rapide. Son design est assez discret, et il ressemble plus à un sac à dos qu’on utilise chaque jour pour aller au bureau. Il est difficile de savoir qu’il peut contenir plusieurs boitiers et objectifs. C’est un bon point pour l’usage en ville. Il évite la tentation.

Il est composé de 3 parties accessibles, chacune avec ses particularités.

Le compartiment principal ne peut s’ouvrir que lorsque le sac n’est pas sur les épaules. Et ça, c’est un gros plus pour la sécurité. Impossible de vous faire voler le contenu sans devoir vous arracher le sac. Dans ce compartiment, il est possible d’y ranger jusque 2 boitiers et 5 objectifs, ou des accessoires. Je précise quand même que vous n’y rangerez pas un 300mm 2.8 ou un boitier avec grip batterie. Ce sac n’est pas fait pour partir en safari (il existe d’autres modèles chez Tarion qui répondront mieux à ces attentes). Par contre, vous pourrez y mettre des objectifs de type 24-70 2.8, ultra grand angles, et mêmes des zooms à ouverture variable. Voire même un drone de la taille d’un DJI Mavic. La structure interne peut être facilement modifiée par le détachement et repositionnement des parois amovibles. Vous pourrez même faire un peu de place pour y mettre quelques vêtements de rechange (ou un imperméable lors des sorties).

En face, vous trouverez plusieurs poches. Une pour y loger un PC jusque 14″, une seconde pour y mettre une tablette ou un bloc notes. Une sangle avec velcro permet de les sécuriser lorsque vous ouvrez le sac. 2 autres poches, plus petites et juxtaposées permettent d’y loger quelques accessoires peu épais. Personnellement, j’y range des papiers et disques SSD.

Le second compartiment est en fait lié directement au premier. Il s’agit de l’ouverture latérale permettant d’accéder à l’un des appareils photo rangés dans le sac, sans avoir à retirer celui-ci complètement. Ce type d’accès est déjà répandu sur plusieurs modèles de différentes marques (entre autres, les Slingshot et Fastback de chez Lowepro), mais pas toujours au même prix. Sur cette ouverture, 2 emplacements sont prévus pour y ranger des piles, cartes, filtres…

Le troisième compartiment se situe en façade. Il permet d’accéder à des poches supplémentaires (2 petites et une grande). Vous pourrez ici aussi y glisser une tablette (ou un ordinateur très fin), vos cartes de visite, pièces administratives… Cette partie du sac est peu extensible, n’essayez pas d’y mettre des accessoires trop épais. Enfin, une dernière poche par dessus et située au bas du sac permettra également d’emporter le chargeur de l’ordinateur, ou autre élément complémentaire.

Un point positif lié à ces 3 compartiments, c’est le système de glissière. Je l’ai découvert il y a une douzaine d’années chez Gura Gear (avec les sac Kiboko et Butterfly) et c’est pour moi ce qui se fait de plus pratique aujourd’hui. Le système de prise en main et la souplesse du zip permettent d’ouvrir facilement et rapidement les compartiments, même à une seule main.

Le système dorsal est confortable et respirant, grâce à son système alvéolé. Et avec un ordinateur glissé à l’intérieur, vous aurez une sensation de fermeté agréable.. La sangle spéciale trolley située au même endroit vous permettra de fixer le Tarion TR-L sur la poignée d’une valise. Pratique pour l’aéroport ou le train.

Les 2 sangles d’épaule sont confortables et facilement réglables. Pour avoir utilisé ce sac sur plusieurs trajets moto, j’ai trouvé qu’elles s’adaptaient bien. Je n’ai pas senti de compression désagréable lors de ce type d’utilisation. La petite sangle de poitrine, complémentaire, assure un maintient optimal du sac, surtout lors de déplacement rapides (course ou sauts). Seul bémol : lorsque vous avez réglé les 2 sangles d’épaules, le surplus de lanière pend dans le vide. Un système élastique pour y glisser ce qui est en trop éviterait de marcher dessus quand le sac est posé, et donc de salir cette partie. A moto, ces lanières volaient également au vent et pouvaient claquer sur le blouson. Aucun risque d’abimer quoi que ce soit, mais le son pouvait parfois être un peu dérangeant. Ce point peut être facilement résolu avec des attaches à faible coût.

Enfin, 2 anneaux sont présents, un sur chaque sangle d’épaule. Vous pourrez y fixer divers accessoires pour augmenter la capacité de portage du sac. Ils sont assez larges et semblent suffisamment solides pour y fixer des charges un peu lourdes (attention tout de même à ne pas déséquilibrer le sac, ça finirait par vous gêner à l’usage).

Sur la partie supérieure, une poignée large et rembourrée permet le portage du sac à la main. La taille du Tarion TR-L évite qu’il touche le sol lorsqu’il est tenu en main. Bon point.

Bien que le sac soit déperlant et résiste bien aux petites pluies, une housse de protection est fournie. Elle englobe très bien l’ensemble et saura le protéger en cas de grosses averses. Par contre, vous devrez retirer le trépied si celui-ci est beaucoup plus haut que le sac. Comme beaucoup de sacs photo, il n’y a pas d’emplacement spécialement prévu pour y ranger la housse. Celle-ci devra donc occuper un des espaces existants, si vous souhaitez l’emmener. Bien que la poignée n’est plus accessible une fois la housse installée, les bretelles restent utilisables pour le porter sur le dos. Ce système permettra également de protéger votre sac dans les transports en communs (notamment des pickpocket).

A l’opposé de l’ouverture latérale pour l’appareil photo, vous trouverez un emplacement pour y ranger un pied ou une bouteille d’eau (1,5l). Pour le trépied, privilégiez plutôt un format comme le Manfrotto Befree et pas des plus gros pieds. Ça reste un sac plutôt urbain, il n’est pas prévu pour y mettre des accessoires trop lourds ou encombrants. Cela entrainerait également un déséquilibre du sac, et donc moins de confort lors du transport. Si vous souhaitez porter un pied lourd, il faudra vous tourner vers d’autres modèles de la marque, ou chez un concurrent.

Notre avis

Ce sac résolument urbain par son apparence et ses caractéristiques, saura se montrer pratique au quotidien. Que ce soit pour transporter quelques appareils et optiques, ou plutôt un ordinateur et des vêtements, sa modularité en fera un compagnon de bureau, qui se transformera en compagnon de photo après la journée de travail ou le week-end. Vous partez en voyage avec une compagnie low-cost ? Sa taille cabine sera parfaite pour un week-end

Si vous souhaitez vous procurer le sac Tarion TR-L, n’hésitez pas à vous rendre sur la boutique Tarion d’Amazon France (livraison par Amazon)

Profitez d'une entrée à prix réduit grâce à notre code partenaire

Nos vidéos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.