Interview de Gilles Varé

Les livres juridiques de Joelle VERBRUGGE chez 20Bis Edition

Gilles était présent au dernier Festival d’art animalier qui se déroulait dans le vieux Namur en ce début du mois d’octobre et  y exposait une série de photographies sur le thème de la mare.

Gilles est avant tout un passionné de la faune et de la flore,  et ce depuis son enfance.  Il peut rester des heures à  contempler la Nature  autour de chez lui en Belgique .

Il a décidé en 2008 de changer de tenue , il a remplacé son habit de pêcheur pour  celui de photographe animalier pour notre plus grand plaisir , car il aime avant tout partager comme vous allez pouvoir le constater dans cette interview.

En quelques mots Gilles pourrais-tu te présenter ?

Je m’appelle Gilles Varé, je me rapproche tout doucement de la quarantaine, j’habite la province de Namur, plus précisément Mazée, une magnifique région traversée par quelques belles rivières comme le Viroin ou la Deluve et elle m’offre également des hectares et des hectares de forêts, enfin un vrai paradis pour le photographe animalier que je suis !

Ma passion pour la nature je la vis depuis de nombreuses années et un jour, plus précisément en avril 2008, mes observations j’ai décidé de les partager à travers un objectif et le virus de la photo a tout doucement commencé à m’envahir…

Gilles Varé
Gilles Varé

 

 

Vous étiez pêcheur avant de devenir photographe  en 2008, expliquez-nous ce changement de passion.

La pêche no kill est toujours une des me grandes passions mais ce que j’adore vraiment c’est être au bord de l’eau à observer… Que mon flotteur coule ou pas, à la limite je m’en fous, admirer la nature, c’est le plus important pour moi.

Tous ces beaux souvenirs, je me suis dit qu’un jour j’allais les mettre sur papier et voilà comment commence une nouvelle passion et j’ai donc troqué, pour le moment, ma canne à pêche pour un reflex !

 

Comment avez-vous appris les techniques photographiques et d’approche de la faune?

Je suis autodidacte et mes heures sur le terrain me font évoluer tous les jours au niveau technique car on tire toujours du positif de ses erreurs…

Pour l’approche de la faune, internet et les différentes revues spécialisées sont de bonnes aides au début mais l’expérience du terrain me fait comprendre la nature, ce qu’il faut faire et ne pas 

faire pour éviter de commettre une erreur pour évoluer dans le respect !

 

Vous avez  présentez  au Festival Nature AVES  de  Namur une exposition sur le thème de la mare . Pourquoi ce choix ?

Ah la mare !

Cette zone humide où la vie grouille ! J’adore évoluer dans ce milieu si précieux. J’adore m’asseoir et observer mais également écouter, du pur bonheur que j’adore partager en faisant quelques clichés.

C’est impressionnant tout ce que peut nous donner la nature, que ce soit dans les airs, sur l’eau ou dans l’eau, il y a toujours de l’activité. L’été, les libellules sont partout avec bien sûr plein d’autres insectes,

on ne sait plus où donner la tête et tout ce beau monde est bien souvent accompagné de grenouilles, comme par exemple les grenouilles vertes qui dès 10h du matin coassent pour le restant de la journée.

Et puis mettre les batraciens sur papier, c’est quand même tout bon ! Et cela nous permet bien souvent de voir quelques détails auxquels on ne prête pas attention.

Enfin, les rencontres dans une mare, on peut en faire des centaines par jour.

Comme je le dis souvent, l’eau c’est la source de la vie !

Grenouille

 

Où on été prises ces photos et à quelle période de l’année ?

Les photos que j’ai exposées à AVES Namur ont été réalisées dans ma région dans une mare où j’évolue depuis de nombreuses années !

J’ai la chance d’avoir quelques belles zones humides dans ma région. Pour les crapauds communs et les grenouilles rousses, le plus beau moment est le mois de mars lors de la reproduction, ils arrivent par centaines

pour assurer leur descendance. Pendant cette période, les disputes, les accouplements sont quotidiens.

Il suffit de se coucher le long de l’eau, objectif en main et les photos se font toutes seules. Et pour les libellules, les mois d’été sont vraiment parfaits. Surtout le matin, aux premières heures quand la nature commence seulement à se réveiller.

 

Pour ces photos de l’exposition , quel matériel avez-vous employé ?

J’ai utilisé mon vieux Nikon D90 qui vient tout juste de finir sa vie !! J’en aurais bien pleuré… Car ce boîtier fait partie d’une bonne partie de mes histoires photographiques, je l’accompagne généralement de mon Nikkor 105mm f/2.8, ce duo m’a toujours donné une grande satisfaction ! 

 

Parmi celles  que vous avez présentez  à Namur,  où celle de votre photothèque  qu’elle est votre photo préférée ? Expliquez votre choix  et racontez-nous son histoire

Je vais prendre un cliché qui fait partie de ma photothèque depuis peu… Je l’ai intitulé “Cereal Brothers” !

Ces marcassins marqueront ma saison 2013, ils ont évolué juste devant moi pendant plus de 45 minutes sans trop se tracasser de ma présence. Surtout que je cachais mes 100kg avec quelques ridicules herbes et orties !! Etait-ce vraiment nécessaire, je n’en sais rien ?! Ce fut vraiment une très belle émotion de les voir jouer, se bagarrer, je rentrais dans leur intimité et ça, j’aime vraiment. Il n’y a aucun dérangement, c’est vraiment trop cool ! Mais ma plus belle émotion a été sur mon retour à la voiture, je n’avais jamais vécu de pareil moment, ils m’accompagnèrent à distance et j’ai pu partager ce beau moment avec ma petite famille qui m’observait.

Des moments comme cela ça n’arrive pas tous les jours ! 7 marcassins juste devant moi à 10 mètres et j’avais la chance de partager ce beau moment…

Marcassins

Studio LILLE laboratoire impression fine art specialiste couleur

 

Sur votre site , nous voyons de très belles images d’oiseaux de mammifères ou encore d’insectes , malgré tout, avez-vous une préférence pour l’une de ces catégories car les techniques d’approche et photographiques sont assez différentes.

J’aime la nature, j’essaie de photographier tout ce qu’elle m’offre mais je dois bien avouer que j’ai un petit faible pour le martin-pêcheur ! Ce petit oiseau me fait frissonner même après 12.000 clichés.

Ca frôle la folie mais j’adore ça ! 

Martin-Pêcheur

 

Préparez-vous à l’avance vos sorties ( faites vous des repérages , disposez-vous à l’avance votre matériel,…)  ou préférez-vous allez en billebaude ? 

Je fais énormément de sorties à l’affût. C’est donc préparé à l’avance pour plus de respect. Je ne compte pas les heures et les heures d’observation avant d’installer le moindre affût.

J’apprends à connaître mon sujet, ses habitudes, son comportement puis j’étudie un peu l’environnement pour voir où je pourrais positionner l’affût en ayant une belle lumière le matin ou le soir.

Une fois tout cela bien étudié, à ce moment-là seulement je commence à faire quelques photos. L’affût nous offre toujours d’agréables moments car voir évoluer son sujet à quelques mètres sans qu’il ne se doute de notre présence, impressionne toujours autant.

La billebaude, j’en fais de temps en temps mais en général ces promenades se terminent souvent au pied d’un arbre avec un filet de camouflage sur la tête et je pars pour quelques heures de patience et si tout va bien, de belles rencontres…

 

En plus des superbes photos que l’on peut admirer sur votre site , on remarque que vous aimez faire le récit de vos rencontres photographiques .Vous est-il venu à l’esprit d’en faire un jour un  livre ?

J’adore expliquer l’histoire d’une photo, mes techniques d’approche et les conditions dans lesquelles elle a été réalisée. Il est quand même relativement rare qu’une photo se fasse sans préparation ou il est vrai 

que quelquefois on peut avoir le petit coup de bol du jour, cela arrive très peu mais cela fait de bonnes anecdotes que je trouve donc sympa également à raconter. 

Le livre c’est un rêve ! Il est prêt, tout chaud tout beau, il ne reste plus qu’à essayer de trouver une maison d’édition qui appréciera mon travail…

 

En septembre dernier vous exposiez au Festival de l’oiseau à l’aquascope de Virelles , en Octobre  vous exposiez  à Namur , quels sont vos futurs projets ?

J’ai pour 2014 quelques projets qui me tiennent à coeur, comme par exemple une toute nouvelle exposition uniquement consacrée au martin-pêcheur qui je pense devrait sortir pour le Festival de l’Oiseau de Virelles !

J’ai également quelques autres contacts pour différentes expositions mais rien de concret encore pour le moment.

Mais ce que j’espère vraiment c’est que 2014 sera l’année de la sortie de mon livre car j’ai pris plus d’un an

de retard sur mon projet initial.

 

Quelles images aimeriez-vous faire dans l’avenir  et pourquoi ?

Mon type de photo c’est le portrait mais je vais m’orienter maintenant vers des photos d’ambiance.

J’aimerais que mes prochains clichés représentent l’animal dans son milieu et si possible avec de belles ambiances. C’est pour cela que je pense que les grasses matinées ce ne sera pas pour moi pour l’instant !

Le style de photo à la Jean-Pierre Frippiat me fait rêver. Je pense qu’il fait partie des rois de la photographie d’ambiance ! Mais j’ai également un petit projet que je vais réaliser d’ici peu, c’est de mettre la forêt de ma région

en valeur car bien souvent le matin elle m’offre des ambiances de paradis.

Ce sera je pense mes deux nouvelles orientations car cela me tient vraiment à coeur ! 

Chevreuil

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait se lancer dans la photographie animalière comme vous il y cinq ans , c’est à dire il y a peu de temps ?

Je n’ai qu’une chose à dire, la photo est une belle passion mais il ne faut surtout pas négliger la nature pour un cliché.

Avant de photographier un animal, il faut apprendre à le connaître pour éviter le dérangement. Ce n’est pas évident au début mais il faut se fixer des limites et ne pas les franchir.

On fait des erreurs en commençant et il faut en tirer des leçons. L’idéal serait de se faire conseiller avant chaque sortie par des gens de terrain, je sais que ce n’est pas évident mais j’ai eu la chance quelques fois de connaître

cette expérience avec des gens passionnés de nature… Je ne sais pas pourquoi, en écrivant ces quelques lignes, je vois encore il y a quelques semaines d’ici pendant la période du brame ce gars avec sa lampe frontale en

train de courir après un cerf avec son bridge… Heureusement que le ridicule ne tue pas ! 

 

Au travers de vos images, quel message souhaitez-vous faire passer ?

Juste quelques mots, la nature est belle et respectons-là !!

 

Pour terminer avez-vous un souhait , une remarque à formuler ?

Un souhait ? Oui ! J’espère faire encore de belles rencontres animalières et que je puisse encore partager cette belle passion au travers de diverses expositions ou à travers un beau bouquin…

Et je finirai cette interview par te remercier Eric pour ton professionnalisme et ta sympathie, c’est grâce à des gens comme toi qu’on évolue de jour en jour !!

Site de Gilles Varé : la Nature à travers mon Objectif  

 

Facebook Comments
Eric Mary
Auteur photographe, Eric Mary pratique la photographie depuis son plus jeune âge. Autodidacte, il s’est spécialisé dans la technique de la macrophotographie pour découvrir l’Univers du Petit qui le fascine par sa beauté, ses richesses infinies de formes, de couleurs et pour sa poésie. En dehors de sa participation à RevuePhoto, il participe au collectif de photographes bourguignons de nature et animaliers « Bourgogne Photo Nature » et s’occupe de l’association « Terre d’Images » qu’il a fondé avec son épouse.

27 pensées sur “Interview de Gilles Varé

  • 22 octobre 2013 à 16:33
    Permalink

    C'est avec grand plaisir que j'achèterai ton livre quand il sortira 🙂 je suis vraiment fan de tes photos, tu fais un travail fantastique et tout cela en prime dans le plus grand respect de la nature 🙂

    Répondre
  • 22 octobre 2013 à 12:33
    Permalink

    très bel interview!! félicitations pour tout ce que tu fais Gilles!! continue à nous apprendre à mieux connaitre notre belle région!! bonne continuation …
    Biz de nous 4

    Répondre
  • 22 octobre 2013 à 10:21
    Permalink

    Bonjour, heureuse de mieux te connaître comme le dit si bien Dominique Migliani la passion t'habite, au plaidir de te rencontrer un jour , belle journée à toi:)

    Répondre
  • 22 octobre 2013 à 09:17
    Permalink

    J'ai l'impression de découvrir un "autre" Gilles, pour sûr serai sûrement dans les premières à acheter son livre…..suis très fière d'être sa belle-soeur…..bisous à vous 4

    Répondre
    • 23 octobre 2013 à 08:26
      Permalink

      Belle-maman aussi est fière de moi !!! MDR (c’était plus fort que moi)
      Merci Dame Sophie…

      Répondre
  • 22 octobre 2013 à 05:32
    Permalink

    Superbe interview ! Agrémentée de quelques photos magnifiques ! Bravo ! Et merci !

    Répondre
  • 22 octobre 2013 à 05:31
    Permalink

    Superbe interview ! Agrémenté de quelques photos magnifiques ! Bravo ! Et merci !

    Répondre
  • 21 octobre 2013 à 21:26
    Permalink

    Christian Hof
    C'est un vrai passionné et un être admirable. J'ai eu l'immense plaisir de faire un affût avec lui et c'est du pro! Bravo Gilles pour ton travail et au plaisir de te revoir. Félicitations pour ton expo.

    Répondre
  • 21 octobre 2013 à 19:53
    Permalink

    Enfin, la reconnaissance arrive… Même si ce n'est pas cela qui motive Gilles, c'est quand même une belle récompense… Félicitations 🙂

    Répondre
  • 21 octobre 2013 à 10:26
    Permalink

    Bravo Gilles !
    Un garçon sympa, passionné et très doué pour la photographie animalière !
    Bien content de l'avoir rencontré enfin à Namur 😉
    I

    Répondre
  • 21 octobre 2013 à 10:34
    Permalink

    Merci Eric de me permettre de partager ma vision de la Nature !!!
    A bientôt

    Gilles

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.