Interview de Michel Lecocq

Les livres juridiques de Joelle VERBRUGGE chez 20Bis Edition

Si vous vous intéressez à la photographie de nature et plus particulièrement à celle de paysage, le nom de Michel Lecocq ne doit pas vous être inconnu.

En effet , c'est assuremment l'un des meilleurs photographes français de cette spécialité. Michel est une personne,  calme, discréte, précise, ses images sont à son image.

Ses prises de vues sont choisies avec soin dans sa région du Var où il habite et dont dont il connait les moindres recoins. Minutieux et patient, il se fond dans le décor et attend les meilleurs instants de la journée pour sublimer les paysages qui s'offrent à lui et  nous transporter dans des ambiances empruntes de rêves et de poésie.

Avec sa technique et ses émotions il a le pouvoir de nous fait partir dans des mondes que l'on pourrait croire à des milliers de kilomètres de chez nous, mais pourtant si proches.

Michel sait saisir ces brefs instants où la lumière devient féérique, magique, presque irréelle et où l'on peut entendre le silence .

Plusieurs éléments principaux reviennnent souvent dans les images de Michel Lecocq, l'eau, la pierre et les arbres. Ils les marient dans des compositions faites  avec finesse  et élégance, jouant avec les poses longues et les contre-jours.

Michel aime aller à la  rencontre du public amoureux de la Nature et de la photographie et de partager avec lui ses passions .

L'année 2012 a été ponctué entre autre,par trois expositions importantes en mai à Scy-Chazelle pour le 3ème festival "Natur'Emotion puis en Juillet aux "Silences duVentoux" à Sault et pour terminer à Montier en Der en novembre dernier avec sa nouvelle série "Mélancolie Maurenq.

Que nous réserve Michel pour l'année 2013 ? Pour le savoir et pour mieux connaître encore ce photographe talentueux promis à un bel avenir, je vous laisse découvrir son interview.

Michel, En quelques lignes pourrais-tu te présenter ?

Bonjour Eric et bonjour à tous

Et bien, je suis né le 3 octobre 1969 à Saint-Dizier, Après une courte aventure photographique professionnelle entre 2009 et 2012 (en double activité), je suis depuis le début de l'année 2012 redevenu un photographe « Amateur ». J'ai donc une activité professionnelle autre qui m'occupe à plein temps … La nuit puisque je travaille de nuit. Je suis marié avec Isabelle depuis pas mal de temps maintenant et j'ai deux enfants, des ados maintenant  très sympas.

 

Depuis combien de temps pratiques-tu la photographie et comment est venue cette passion  pour la photographie et plus particulièrement celle de la photographie de paysages?

La photographie m'a toujours habité. J'ai reçu mon premier appareil photo reflex lors d'un Noël, je crois qu'il s'agissait du Noël 1982. C'était un Pentax P30. Il a été mon fidèle appareil photo pendant plus de 10 ans. J'ai , au cours de cette période toujours fait plus ou moins de la photo, au niveau scolaire dans le photoclub du collège Lherminier à la Seyne-sur-Mer, lors de mes différentes vacances et voyages et c'est la poussière du desert Djiboutien au cours de mon service militaire qui a condamné le Pentax en 1992. Je pratiquais alors la plongée et après cette difficile rupture, pendant quelques années, je n'ai pas eu d'appareil photo sous la main, je me suis pleinement consacré à la plongée et à mon diplôme de moniteur en parallèle de mes toute nouvelles activités professionnelles. C'est seulement 5 ans après, en 1997 que je me suis acheté un Nikon F70 puis deux ans après, un Nikon F90x.

J'ai alors pleinement profité de ce nouveau médium et j'ai très vite été un  passionné. La photographie de nature s'est alors imposé à moi car à la même période, j'ai fuit la grande ville : Toulon pour venir habiter dans une petite ville rurale Varoise: Carnoules. entourés d'une nature encore intact par endroit, cette nouvelle installation a été pour moi un bienfait. J'ai repris une activité d'animateur bénévole photographe au sein du centre culturel de Carnoules puis j'ai créé un club photo, l'association « Mat ou Brillant ? » en 2006. elle essaya pendant 6 ans de promouvoir la photographie d'auteur mais sans grand moyens, l'association a cessé ces activités début 2012.

_MOB8497-1RP

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Matériel et technique

-Quel  matériel utilises-tu ?

Depuis 1997, je suis fidèle à Nikon, non pas que cela soit mieux qu'une autre marque mais c'est une ergonomie de fonctionnement que j'ai appris à maîtriser. Pour le moment, j'ai un Nikon D300s équipé d'un 18-50 f/2.8 Sigma, un matériel modeste mais qui me convient bien.

 

– Quels sont tes sujets favoris?

Ben, évidemment la nature !! Je ne suis pas vraiment un photographe de paysage et la photographie « ouverte » au monde (les grands espaces) m'est un peu étrangère. Mes « bord de mer » n'ont pas non plus cette volonté bien que nous pourrions croire le contraire. Ceci dit, c'est un ressenti personnel.  Même quand je suis en montagne, ce n'est pas ce que je recherche. Cela est sans doute du au fait que je ne voyage pas, restant dans un espace d'expression assez réduit finalement !! Je me définis davantage comme un photographe de paysage intime.

Depuis peu, je regarde vers d'autres horizons avec l'envie de surprendre mais c'est très difficile parce que je suis de ceux qui pensent que tout a été dit en photographie, seul l'interprétation et la façon d'aborder les sujets peuvent-être neuve et sont la marque des grands photographes, surtout aujourd'hui.

 

-Comment choisis -tu tes lieux  ou tes  sujets à photographier ?

Comme je l'ai dit plus haut, je ne voyage pas et je fais avec ce que j'ai sur le pas de ma porte. Ce n'est pas toujours évident mais cela a un avantage, je finis par connaître par cœur ma petite dame nature quand elle se met à offrir le meilleur d'elle même. A l'image du photographe portraitiste qui tisse des relations étroites avec son sujet, j'ai finis par tisser des relations étroites avec l'environnement qui est le mien. Je choisis évidemment mes lieux de prises de vue de façon traditionnelle comme un peu tout le monde : en regardant la carte, en écoutant la météo locale, en fonction du matin ou du soir, en fonction du temps de la veille, en fonction des vents et des abris alors possibles mais il y a maintenant indéniablement un aspect affectif qui ajouté à tout cela fait que je me retrouve parfois au milieu de nulle part (si cela est encore possible dans le Var) sans savoir pourquoi.

 

_MOB8645_rp

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-Tes images sont source de poésie et d'une certaine "zénitude" , comment l'expliques-tu ?

Je ne trompe personne, Je suis un garçon plutôt discret et j'aime bien le silence. Il y a alors le silence réel, celui que nous percevons quand nous sommes perchés en montagne au milieu de la nuit (et encore il est relatif) et puis le silence symbolisé à travers l'image. Naturellement, cette exigence aboutit à la construction d'images plutôt dépouillées. L'exercice photographique me permet également d'oublier  les petits tracas de la vie et naturellement, cette plénitude que je ressent lors de la prise de vue, je la retranscrit dans l'image.

 

Peux tu nous dévoiler quelques uns de tes secrets pour y aboutir ?

Tu fais allusion à la pose lente sans doute ?? Il faut être fort en calcul mental, c'est tout. Pas se tromper et bien connaître son matériel. Il n'y a pas de hasard mais une grande dépendance vis à vis du matériel. Quand au noir et blanc, il s'impose à moi lors de la prise de vue par rapport à cette recherche minimaliste qui peut éventuellement me caractériser. C'est là, une question de sensibilité alors que j'aime tout aussi bien la force improbable de la couleur surtout en pose lente.

 

Si tu as  une image à choisir  de ta  photothèque, qu'elle serait-elle ?

C'est difficile mais si je devais en choisir une, c'est celle ci en pièce jointe. C'est une image d'un tronc d'arbre encore rattaché à la rive mais flottant sur un lac de montagne.

06-001 MOB0011-048_800

Studio LILLE laboratoire impression fine art specialiste couleur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi celle-ci plus qu’une autre ?

C'est une image qui résume bien la relation photographique que j'ai avec la nature. J'ai dit plus haut que je ne suis pas le photographe des grands espaces, c'est pas forcément ce que j'aime et  l'image choisi, ce « petit jardin secret » en est la parfaite illustration d'autant qu'elle a été faites alors que je m'ennuyais ferme il y a deux ans. En effet, nous étions, mon fils et moi, en montagne et nous avons pris le mauvais temps. Bloqués sous la tente au bord d'un lac dans le Mercantour sans pouvoir trop randonner tant il pleuvait, j'ai fais cette photo pour passer le temps, c'est le cas de le dire. Cette photo a eu très vite beaucoup de succès dès la première exposition (elle est toujours dans mon TOP10). Maintenant, d'autres sont venues la remplacer mais elle reste  essentielle à mes yeux par rapport à la démarche que j'ai eu par la suite vis à vis d'un travail en noir et blanc plus personnel.

 

As-tu un regret ? Une photo que tu n'as n'avez pas pu  réaliser ?

Non, je n'ai pas réellement de regret par rapport à mes prises de vues. Il y a toujours des moments de la journée, des instants précis qui nous échappent et que nous ne pouvons pas immortaliser mais ces moments bien que parfois rares, finissent par se renouveler … Et puisque un photographe averti en vaut deux !! Les regrets sont sans doute ailleurs mais je sais que la photo est souvent affaire de mode, de temps et de rencontre si nous avons le talent. Il faut simplement que la recette prenne.

_MOB8840_rp

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Peux-tu nous dire qu'elle  image aimerais-tu faire ?

J'aimerai me nourrir d'autre chose que de nature non pas que je ne l'aime pas. Au contraire, mais il y a tant à faire : des scènes de rue notamment (j'en ai jamais vraiment fait), des choses plus aléatoires ou construites différemment, pourquoi pas et puis le noir et blanc, surtout. J'ai des goût très classique finalement.

 

Quels sont les photographes qui  t' inspirent, dont tu suis  assidument le travail ?

Ah c'est la question piège … Je ne sais pas ou plutôt , je sais trop bien ce que je vais répondre. Puisqu'il s'agit de photographes que j'ai eu le plaisir de rencontrer ou d'inviter : Stephane Hette avec ses convictions et son inaltérable motivation est un personnage de la photographie de nature, Emmanuel Boitier, bien sur Pour son « professionnalisme » et puis Bruno Mercier pour la justesse de ses propos. Des grands photographes. Ils ont été à la base de mon travail actuel un peu à leur façon, non pas par rapport à leurs images, mais davantage par rapport à leurs opinions mais il y en a beaucoup d'autres : David Allemand , Denis Olivier, Stephane suisse, Christophe Cassegrain, Michel Rajkovic, Michael Kenna, Pierre Pellegrini … et plus encore.

 

Activités

Tu " travailles" en étroite collaboration avec ton épouse qui possède une activité d'imprimeur, pourrais-tu  nous en dire plus sur cette  complémentarité et sur son activité.

Ben , Isabelle avec mon aide précieuse sans doute, souhaitait pleinement s'investir dans la photo après notre première exposition à Montier-En-Der en 2010. Nous avons alors décidé de nous lancer dans l'aventure de l'impression fine-art car il n'y avait pas vraiment de laboratoire de tirage fine-art dans le Var et puis notre situation au cœur du Var entre Marseille et Nice nous laissait penser que nous allions pouvoir nous en sortir. Ce fut le cas après pas mal d'ajustement et quelques galères financières. Nous sommes fiers maintenant de ce que nous avons fait sans aide et avec au départ des moyens très, très faibles voire inexistants. « TIRAGE-ART » est né ainsi. Comme quoi tout est possible. Isabelle, maintenant, avec l'expérience accumulé en stages et sur le terrain et avec sa sensibilité toute féminine, sait de quoi elle parle. Elle est même trop pointilleuse. Bref, elle fait tous mes tirages, elle choisit parfois le papier ou me guide en fonction des images réalisée. Elle travaille d'ailleurs à l'heure actuelle sur une mise en valeur de mes images, un exercice qu'elle pourra par la suite proposer ou réaliser pour d'autres photographes. Je lui sert ainsi de béta-testeur et c'est de cette façon que nous avons fonctionné très vite après la réception de notre premier traceur. Notre activité se veut être une activité de tirage d'art d'excellence sur des papiers hors-norme pour l'artiste qu'il soit photographe, peintre, illustrateur, infographiste. Epson en nous offrant le label « Digigraphie » l'a bien compris …. Rien n'est effectivement laisser au hasard dans cette optique là. C'est donc finalement très techniques et professionnel mais passionnant.

_MOB8856-01_rp

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Envisages-tu un jour de devenir Photographe professionnel et pour quelles raisons ?

J'ai été photographe professionnel entre 2009 et 2012 en double activité et j'ai laissé tombé car d'abord, l'activité de la boutique « TIRAGE-ART » a pris malgré tout beaucoup de temps et j'ai trouvé très vite qu'accumuler les numéro SIRET n'avait pas de sens par rapport à la démarche qui est la mienne. Je ne serais donc jamais photographe pro car c'est un métier, un vrai métier qu'il faut laisser au pro : ceux qui savent répondre aux attentes et aux sollicitation de toutes sortes avec talents. Je n'ai pas ce talent.

 

Quels sont tes futurs projets (livre, exposition ,voyages, reportages, …)

J'avais un projet de livre mais après de multiples consultations, je me suis aperçu que finalement, il n'intéressait pas les personnes qui auraient eu le plus de raisons de se pencher sur ce type de projet varois. Ne pouvant pas prendre le risque d'un investissement supplémentaire aléatoire, il ne sortira peut-être jamais. C'est un regret et c'est décourageant évidemment mais il est toujours un peu au fond de ma tête… et puis j'en est d'autres. J'ai déjà une exposition programmée en février au Pradet (galerie Cravéro) dans le Var entre le 1° et 22 et je suis dans l'attente d'autres propositions, prochainement. A plus long terme, je devrais être programmé sur Paris en 2014 en partenariat avec une galerie parisienne. Enfin, je suis sur un travail plus personnel qui devrait sortir d'ici 6/8 mois et qui ne concernera pas la nature, je vais voir si je suis capable de produire autre choses de très différents. J'ai dernièrement commencé une nouvelle série « territoire » après la première (« Mélancolie Maurenq » exposée à Montier-En-Der en 2012), je pense qu'elle sera terminé vers juin 2014, nature bien sur mais pas uniquement.

 

Le mot de la fin, ou quelque chose à ajouter ?

Oui, j'ai une chose simple à dire, photographes amateurs, vous avez du talent alors faites vous plaisir … seulement plaisir, c'est votre force. Je connais trop de pro qui galèrent alors laissez le métier de photographe aux professionnels. Je parle évidemment en connaissance de cause. Et ainsi avançons tous ensemble pour que l'image soit belle.

 

Merci à toi Eric, de m'avoir laisser ces questions pour m'exprimer, merci à l'équipe de « revue photo » et puis merci à la photographie de m'avoir enrichit personnellement à travers mille rencontres et milles visions différentes.

 

Infos pratiques

 

Site web : www.imago-michel.com

 
 
Facebook Comments
Eric Mary
Auteur photographe, Eric Mary pratique la photographie depuis son plus jeune âge. Autodidacte, il s’est spécialisé dans la technique de la macrophotographie pour découvrir l’Univers du Petit qui le fascine par sa beauté, ses richesses infinies de formes, de couleurs et pour sa poésie. En dehors de sa participation à RevuePhoto, il participe au collectif de photographes bourguignons de nature et animaliers « Bourgogne Photo Nature » et s’occupe de l’association « Terre d’Images » qu’il a fondé avec son épouse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.