Interview de Christian Laurent

Cet interview ne vas pas  s’intéresser cette fois-ci  à un photographe à proprement parler , enfin si ; à un photographe qui a choisi la peinture comme nouveau moyen d’expression.

Christian Laurent dans cet article va nous expliquer son parcours et  sa démarche artistique .

En effet après des débuts de photographe animalier ( photographie animalière qu’il pratique toujours ) Christian passe  progressivement de l’appareil photo à la toile et aux pinceaux.

Parcours original qu’il nous dévoile  maintenant.

 

Christian pourrais-tu te présenter en quelques lignes ?

Bonjour,

Je m’appelle Christian Laurent et suis né à Bruxelles il y a presque 50 ans.  Je suis marié et ai 2 enfants.

C’est à mon adolescence que j’ai pris goût à la photo,… à l’époque je m’étais offert un premier réflex (Konica) et je réalisais mes propres développements en noir & blanc avec des copains,… tous les sujets étaient bons à prendre !

Ensuite, étant devenu papa, je me suis tout bonnement dirigé vers les photos familiales, comme tout papa amateur photographe qui se respecte.

Par la suite, et une fois que mes enfants étaient plus grands,  je me suis tout doucement dirigé vers la photo animalière, non pas en tant que naturaliste ou scientifique, mais bien par amour de la nature et de belles compositions.

Le dessin et la peinture animalière ne sont venus que ces dernières années, un peu par hasard au début, pour ensuite prendre plus de place dans mes passions au jour le jour.

Christian Laurent
Christian Laurent

 

Comment s’est effectué  ton passage du pixel au pinceau ?

Ce passage entre la photographie et la peinture est venu de manière tout à fait fortuite et non calculée.

En effet, alors que je n’avais quasi jamais dessiné de ma vie, je me suis un jour pris au jeu de commencer un dessin pour mon fils …un petit loup, puis pour ma fille …un cheval, utilisant un set d’aquarelles que nous avions offert à ma fille pour l’une de ses fêtes.

Le résultat ne fût pas trop mauvais, et je commençais à prendre suffisamment goût à cette activité pour avoir envie de me perfectionner. Il n’en fallait pas plus pour que, avec les encouragements de ma famille, je m’inscrivis à un « cours de dessin & peintures » dans l’atelier de Béatrice Vastrade à Braine L’Alleud en 2005, au début pour essayer … et ensuite pour y rester jusqu’au bout du cycle en 2010 !

Au fur et à mesure des cours, différentes techniques étaient abordées avec, à de nombreuses reprises, des choix libres de sujets à travailler qui finissaient quasi toujours chez moi par le choix d’un animal (allez savoir pourquoi ?)

Te considères plus peintre que photographe ou est-ce que les deux techniques forment pour toi un tout ?

Je ne réfléchis pas nécessairement comme cela, je pratique les 2 activités principalement en fonction de mes envies du moment et de mes possibilités, d’abord pour mon plaisir personnel, et ensuite pour le plaisir de les partager avec les autres quand c’est possible, notamment au-travers des médias sociaux et expositions, quand j’ai l’occasion d’en faire une.

 

Pourquoi avoir choisi la peinture plus que la photographie ?

Les 2 techniques sont forts différentes, avec chacune leurs avantages et leurs inconvénients, et je suis passionné par les 2, mais je pense pouvoir plus facilement me différencier dans la peinture animalière car elle me permet de travailler de manière créative et d’arriver à de beaux résultats que je ne pourrais sans doute pas atteindre en photographie, tout en préservant le plus possible mes autres activités professionnelles et familiales. L’avantage de la peinture est de pouvoir peindre le sujet qu’on veux sans devoir faire de longs affûts ou de longs voyages (bien que j’aime ça aussi ! et j’en ferais bien plus si j’avais le temps).

 

Comment as-tu appris les techniques de la peinture, Et laquelle utilises-tu ?

Lors de mes cours, je me suis essayé à différentes techniques, du dessin au crayon et au fusain, en passant par l’aquarelle, puis ensuite par l’huile et enfin l’acrylique, qui est devenue ma technique préférée car elle me permet de saisir et de figer rapidement mes mouvements tout en m’ouvrant la porte à de nombreux jeux de matières et de textures.

La photographie animalière  est-elle une source d’inspiration pour toi  et pourquoi avoir choisi ce thème plus qu’un autre?

Une fois les cours de peinture terminés en 2010, et comme j’avais monté un petit atelier dans ma maison, je me suis mis à continuer à peindre pour le plaisir, de manière autodidacte, et à rechercher de nouveaux sujets, de nouvelles ambiances, de nouvelles émotions !

Après avoir essayé les paysages, les portraits…et même la peinture « abstraite », j’ai dû me rendre à l’évidence, ma « fibre animale » ressortait nettement… Eh oui, les heures passées dans la nature en billebaude et/ou en affût étaient devenues de bonnes sources d’inspirations. Et ce fût alors très naturellement que je me suis dirigé vers la peinture animalière.

Reproduis-tu fidèlement une photo en peinture  ou l’image photographique est-elle seulement une base de travail pour laisser parler ensuite  ton imagination ?

Je ne suis ni un peintre naturaliste, ni un scientifique, et je ne cherche donc pas nécessairement à restituer tous les détails d’un animal ou de son biotope, je m’attache principalement aux détails qui me parlent ou qui transmettent l’émotion que je veux restituer.

Je ne fais donc pas de peintures « hyperréalistes », je peins d’après photo mais je ne fais pas de copie de photo : j’interprète via un cadrage original, animal  vu de près ou de loin, à l’arrêt ou en mouvement, sur un fond abstrait ou plus concret… avec si possible le regard de l’animal  en focus, …car le regard est primordial pour transmettre le maximum d’émotion vers le spectateur !

Explique-nous en d’autres termes ta façon de travailler.

Chaque peinture prend jusqu’à 5 étapes à sa réalisation complète.

Suivant le sujet que je veux peindre et le rendu que je veux donner, j’adapte ma technique et je commence ma peinture de manière très instinctive, souvent par le fond, qui est déterminant pour créer l’ambiance et le cadre dans lequel je placerais mon sujet.

Ensuite vient le repérage du sujet lui-même, qui est basé sur une interprétation libre d’une ou plusieurs photos en fonction de mes possibilités et des photos que d’autres veulent bien me « prêter ». Je voudrais d’ailleurs préciser que je connais de nombreux photographes qui, après leur avoir demandé la permission d’utiliser leurs photos, sont ravis de voir les résultats atteints.

Il peut parfois s’écouler quelques heures ou quelques mois avant que je ne passe aux étapes suivantes, qui consistent à donner du volume, des lumières, certains détails,…qui vont concourir à susciter l’émotion que j’évoquais tout à l’heure.

Les différentes étapes se succèdent toujours en fonction de mes envies du moment, de mon imagination, et la finition sera très souvent réalisée après avoir reçus les conseils judicieux donnés par mes enfants et mon épouse sur le résultat intermédiaire.

Et puis, la touche finale est donnée par ma signature et un titre. En effet, je trouve important de donner un titre à chacune de mes peintures afin de transmettre un premier message vers le spectateur.

Quand tu vas sur le terrain avec ton appareil photo, as-tu toujours dans l’idée de faire des images pour ensuite les traduire en peinture ?

Non, je vais d’abord sur le terrain pour faire des photos et apprécier vraiment ces instants là.

Ce n’est qu’après que je traduis de temps en temps l’une de mes photos en peinture.

Sauf pour une demande bien précise, le choix de mes peintures est plutôt basé sur mes envies à ce moment là…et il n’est pas du tout rare de dire que je change parfois d’avis en plein milieu de la réalisation de l’une de mes peintures car « je ne la sens pas »  !

Quels sont tes sujets favoris ?

J’en ai pleins… les félins, les oiseaux, les zèbres, … La nature est probablement la plus grande source d’inspiration qui puisse exister, et mes sujets favoris changent en fonction de mes humeurs, de mes envies, de mes possibilités,… et bien sûr aussi du regard et de la demande des autres.

Quelle  est ta toile préférée,  peux-tu nous la présenter et nous raconter son histoire ?

L’une de mes toiles préférées s’intitule «Ready to fight», faisant allusion au tigre qui s’apprête à bondir pour attraper sa proie.

Elle a été réalisée sur base d’une photo réalisée par Pierre Chéron, et avec son aimable autorisation.

C2medias, agence de communication interactive

Il s’agit d’une photo que j’avais découvert parmi tant d’autres dans l’un de ses super ouvrages
(« LES DERNIERS TIGRES DE L’INDE » – disponible ici : http://www.tigresetnature.fr/publications.html)

Avant de démarrer ma peinture, j’ai contacté Pierre, que je ne connaissais pas, et je lui ai demandé si il était d’accord de me prêter sa photo pour une libre interprétation …il fût tout de suite ravi et me donna son accord.

Je voulais faire ce sujet en grand format (100x80cm).

Mais comment transcrire le mouvement et la puissance de ce félin sur une peinture ?

C’est alors que, quasi instinctivement, je me mis à réaliser des textures sur ma toile, en mélangeant de la peinture avec du sable, … pour créer des volumes et accrocher la couleur ça et là.  Mais quelle  couleur choisir pour la dominante du fond ?

Je fis alors un choix osé vers la couleur bleue, simplement parce qu’elle « me parlait » et qu’elle allait bien faire ressortir les couleurs du félin…

 

Christian_Laurent_peinture_5

 

Et puis, quelle ne fût pas ma surprise d’apprendre quelques mois plus tard que ma peinture était arrivée en finale du célèbre concours « BBC Wildlife artist of the year » en 2012 , parmi des centaines d’autres peintures venant d’artistes de tous les coins du monde…. Quelle belle reconnaissance !

Pour toi quelles sont les caractéristiques communes entre la photographie et la peinture et inversement, lesquelles sont opposées ?

Dans la grande majorité des 2 cas, celui qui réalise la photo ou la peinture cherche à attirer le regard des spectateurs…que ce soit pour de la publicité, du reportage, de la décoration,…

Les cadrages, les lumières, les couleurs, les contrastes,… sont alors tous les éléments auxquels les photographes et peintres s’accordent à travailler pour réaliser une belle image, qu’elle soit photographique ou picturale.

Et pourquoi ?

Pour susciter l’émotion !!

Au contraire des photographies scientifiques, naturalistes,… où la précision compte sans doute plus que le reste, je porte beaucoup plus d’attention à l’émotion que va provoquer ma peinture ou ma photo vers le spectateur, qu’envers  de petits détails qui ne seront perçus qu’en 2° ou 3° vision.

Je considère celle-ci comme primordiale !…une image qui ne dégage pas d’émotion au premier coup d’œil est une image qui ne me plaira sans doute pas, même si techniquement elle est très bien réalisée.

Il n’y a pas d’opposition entre photographie et peinture, les 2 techniques sont au service de la communication vers le spectateur, avec des moyens simplement différents.

On peut te voir souvent dans des expositions comme à Namur avec des photographes, comment perçois-tu ce mélange de genres ?

J’adore ça,

Etant moi-même photographe animalier amateur, je suis ravi de pouvoir exposer avec de grands noms de la photographies comme ceux qu’ont peut trouver dans les festivals comme celui de Namur ou de Hauteville Lompnes où j’ai aussi eu l’occasion de participer cette année.

Réaliser mes peintures dans mon atelier me ravi, mais les exposer au regard du public me plaît plus encore. Les critiques et commentaires des spectateurs me grandissent et me permettent d’aller encore plus de l’avant dans mes réalisations.

Et puis le public est demandeur…de nombreuses personnes viennent sur mon stand en me disant que les photographes et les peintres sont finalement  tous  des artistes, et que cela permet de varier les plaisirs et voir différentes interprétations !

Peut-on avoir  un exemple   d’une photo que tu as ensuite fait en  peinture ? Peux-tu nous les présenter ?

 

3083703_orig

 

CLA_3469

Dans ce cas-ci, je suis parti de la photo d’une sterne, réalisée par un ami, Jean Espinosa, que je trouvais tout à fait dans le style de ce que j’avais besoin pour réaliser une composition moderne.

Avec des effets de texture à l’avant-plan pour simuler la neige et la glace, et un fond composé de plusieurs glacis de bleus pour le ciel. J’y ai aussi rajouté une jeune sterne pour arriver au résultat que vous voyez et évoquer le moment de la « la becquée ».

N’est-il pas triste pour toi  de voir partir une de tes peintures à la vente sachant que celle ci est unique, alors qu’une  photo  dans le même cas peut être reproduite presque indéfiniment ?

Oui et non, car c’est effectivement un peu de moi-même qui part chez quelqu’un d’autre et que je ne reverrais sans doute jamais, hormis en photo.

Mais bon,… il est vrai que c’est parfois difficile mais je me console en me disant qu’elle va trôner en belle position dans le salon ou autre pièce de la maison de l’acquéreur et que finalement c’est une belle récompense.  Et puis, je ne sais pas garder toutes mes peintures dans mon salon !

Quels sont les photographes et les peintres qui t’inspirent et dont tu suis régulièrement le travail ?

J’en ai plein, des amis, des connaissances et des autres…et je ne voudrais froisser personne en oubliant d’en citer car la liste serait longue, mais pour l’instant, j’ai une petite préférence pour quelques plus jeunes photographes  qui font du super travail avec des sensibilités différentes, à savoir Bastien Riu, Teddy Bracard, Michel d’Oultremont,…et de nombreux autres !

Quels sont tes futurs projets (livres, expositions,…)

Je viens de finir une année riche de plusieurs expositions dans des lieux divers et variés et,  bien que j’ai déjà reçu quelques propositions intéressantes pour 2014, je n’ai encore rien confirmé…

Je cherche d’ailleurs des opportunités dans des galeries, des festivals,…surtout pour le début 2014 (Février/Mars/Avril), si possible pas trop loin de Bruxelles … si d’aventure un de vos lecteurs à de bonnes idées ou une proposition, il peut m’envoyer un petit mail 😉

Les projets de demain ? ohlala…Beaucoup d’idées se bousculent… de nouvelles toiles bien sûr, mais aussi un livre et de nouvelles expositions en fonction des opportunités.
Pour les sujets, je cherche d’abord à assembler des idées qui soient cohérentes, qui plaisent, qui s’inscrivent dans l’air du temps, des toiles qui puissent être accrochées dans des univers différents, du plus classique au plus contemporain, simplement pour que mes recherches de sensations et de matières, d’émotion et d’imagination, apportent leurs parts de rêve aux spectateurs…

Le mot de la fin, ou quelque chose à ajouter ?

Que ce soit en tant que photographe ou peintre animalier, le plus important pour moi est de prendre du plaisir à réaliser mes « œuvres » et à partager le plus possible mon enthousiasme pour sensibiliser le public à la protection de la nature… qui en a bien besoin !

Merci bien sûr à Revue Photo pour l’opportunité qu’elle m’offre de m’exprimer au travers de cet article. Et Merci aussi à mon épouse qui me permet de combiner mes activités professionnelles avec ma vie familiale et mes 2 autres passions : la photo et la peinture animalière !

 

Infos pratiques

Site internet : www.christianlaur.be

Sur Facebook :  Christian Laurent : https://www.facebook.com/christianlaur

Christian Laurent – peintre animalier : https://www.facebook.com/pages/Christian-Laurent-peintre-animalier/441101865966337?ref=hl

GSM : + 32 495 59 75 51

Mail : christianlaur@gmail.com

 

 

Facebook Comments
Eric Mary
Auteur photographe, Eric Mary pratique la photographie depuis son plus jeune âge. Autodidacte, il s’est spécialisé dans la technique de la macrophotographie pour découvrir l’Univers du Petit qui le fascine par sa beauté, ses richesses infinies de formes, de couleurs et pour sa poésie. En dehors de sa participation à RevuePhoto, il participe au collectif de photographes bourguignons de nature et animaliers « Bourgogne Photo Nature » et s’occupe de l’association « Terre d’Images » qu’il a fondé avec son épouse.

4 pensées sur “Interview de Christian Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.