Festival Nature Namur 2012 : « Vincenne ou la vie sauvage à Paris » par Nathan Livartowksi

Les livres juridiques de Joelle VERBRUGGE chez 20Bis Edition

Nathan Livartowski , Vincenne ou la vie sauvage à Paris

Nathan nous popose une exposition présentant diverses espèces photographiées essentiellement à Paris.
Par ses photos aux lumières soignées, il redonne leur lettres de noblesse à des espèces communes.
Il nous démontre également qu’avec un peu de patience, même une grande ville réserve de jolies observations …

• Peux-tu nous présenter ton exposition ?

– C’est une exposition qui est le fruit d’à peu près cinq années de travail . J’ai commencé à faire des photos dans ma région à savoir la région parisienne. Et le Bois de Vincenne est le bois le plus proche de chez moi . Cela peut paraître bizarre mais avec le temps, j’ai appris à trouver des espèces dont je n’aurais jamais soupçonné l’existence à Paris comme le Pic Noir, le Gorge bleue à miroir et après, au fil des ans, en récupérant de plus en plus d’images, l’idée est venue de faire une exposition. Par cette exposition, je témoigne du fait que l’on trouve des espèces exceptionnelles partout et pas uniquement à la campagne. C’est à tout le monde de chercher et de trouver ces images .

• Peux-tu nous dire un mot du soin que tu apportes à tes fonds et tes lumières ?
L’intérêt c’est que ce sont des espèces peu farouches, en sachant qu’elles vivent à Paris . Du coup, j’ai une préférence pour les optiques à courte focale et à grande ouverture à savoir le 300mm f/2.8, 400mm f/2.8 70-200mm f/2.8 . Ca me permet de travailler sur les fonds, de jouer sur les suggérés. Figurer un sujet en flou permet de savoir qu’on se trouve en ville tout en ayant une image esthétique – car souvent la présence humaine est relativement peu esthétique d’un point de vue photo nature .

C2medias, agence de communication interactive

• Quelle est ton actualité ?

– J’ai eu la chance d’aller au Kamchatka en 2009 et ça a été un voyage que j’ai vécu comme une revelation . Le projet c’est d’y retourner c’est un travail sur le long terme car il faut prendre des contacts avec les personnes locales du coup je travaille déjà sur le voyage de l’été 2013

• Tu as également un projet qui va concerner le petit duc ?
– Oui, le petit duc c’est encore une espèce assez représentative de mon travail car c’est une espèce qu’on retrouve partout dans le sud de la France, qui est très commune et pourtant peu photographiée et si photogénique. Le principe, c’est de présenter cette espèce sous un jour nouveau : au grand angle.
Donc, pour éviter tout dérangement je m’y suis pris il y a déjà deux trois pour essayer de construire des pièges photos qui permettent de faire ces photos sans dérangement .

• As-tu un sujet de prédilection ?

– Pas vraiment. Tout sujet vaut le coup d’être photographié. C’est juste au photographe de le magnifier . Par exemple les pies qui sont des oiseaux noir et blanc qu’on retrouve partout, en réalité sous le soleil, on peut voir qu’elles ont des couleurs comme si…moi j’appelle ça ‘l’oiseau arc-en-ciel’. Donc le but c’est de montrer ces photos , de faire des sujets classiques et de les magnifier .

• Un élément de ton sac photo que tu affectionnes ?

– Pas particulièrement . Le but c’est d’avoir du matériel qui soit adapté à toutes les situations . En sachant que quelques fois, un grand angle c’est beaucoup mieux pour présenter le sujet et du coup j’aime bien changer d’objectif et j’ai tellement change d’objectif que le bouton de changement d’objectif de mon boîtier – je n’en dirai pas la marque – est parti .

• Site web :

Le site internet de Nathan Livartowki http://nathanphotonature.free.fr/

Retrouvez l’itv de Nathan par Christophe Rayneau

https://www.revuephoto.com/2012/03/interview-de-nathan-livartowski/

Emilie Vanderhulst
Emilie est anthropologue. Photographe nature amateur, elle est par ailleurs guide naturaliste et ornitho pour Natagora.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter