Wilder Mann et Compagnie photographies de Charles Fréger

Les livres juridiques de Joelle VERBRUGGE chez 20Bis Edition

Exposition WILDER MANN ET COMPAGNIE

Expositions du 23 novembre 2013 au 31 janvier 2014 

à la Galerie Photo du Pôle Image Haute-Normandie et à l’abbatiale Saint-Ouen. Vernissages en présence de l’artiste le vendredi 22 novembre. À 18h à la Galerie Photo , perfor- mance de l’artiste en collaboration avec l’Association Guidoline et à 19h à l’abbatiale Saint-Ouen, performance « Music for Wilder Mann » par Teho Teardo

« Wilder Mann et compagnie » est le titre générique de l’exposition de Charles Fréger se déroulant dans deux espaces distincts à Rouen : d’une part l’abbatiale Saint-Ouen qui accueille l’essentiel de la série « Wilder Mann » et d’autre part, la Galerie Photo du Pôle Image Haute-Normandie qui présente un parcours dans les séries photographiques de l’artiste.

Durant deux années en 2010 et 2011, Charles Fréger a sillonné l’Europe du nord au sud, de la Finlande au Portugal en passant par la Roumanie, l’Allemagne ou la Slovénie, à la recherche de la figure du sauvage telle qu’elle survit dans les traditions populaires locales. « Wilder Mann », la série de photographies émanant de cette quête, est montrée au sein de l’abbatiale Saint-Ouen. Ces images comme des archétypes, mi-homme mi-bête, animal ou végétal, resurgissent du fond des temps à l’occasion de fêtes rituelles, païennes ou religieuses, célébrant le cycle des saisons, les jours gras, carnaval ou la veille de Pâques. Dans le fonds commun des sociétés rurales européennes, ces personnages ou animaux emblématiques représentaient des figures protectrices dites apotropaïques ou des symboles de fertilité. Aujourd’hui ils évoquent un monde imaginaire, pulsionnel et physique où chacun perçoit un rapport ancestral à la nature où affleurent les ressorts de notre animalité et parfois le désir régressif inhérent à certaines de nos conduites. Charles Fréger parle « d’une figure zoomorphe dont l’aspect rudimentaire et la tenue rituelle renvoient à une universelle nudité ».

A proximité de l’abbatiale, la Galerie Photo du Pôle Image Haute-Normandie propose différentes séries de l’artiste couvrant ces dix dernières années. Ce corpus retrace l’inventaire des Portraits photographiques et uniformes mené depuis le début des années 2000. Groupes sociaux, traditionnels ou sportifs, ethniques ou festifs, le photographe dresse une liste non exhaustive des uniformes et de ceux qui les portent. Plus qu’une vision rétrospective, cette exposition tend à dévoiler la manière dont une œuvre, celle de Charles Fréger, se construit au fil du temps.

 

BIOGRAPHIE DE CHARLES FRÉGER

expo2 WILDER MANN ET COMPAGNIENé en 1975 à Bourges, France. Il vit et travaille à Rouen. www.charlesfreger.com

Il poursuit, depuis 1999, un inventaire intitulé Portraits photographiques et uniformes où aux effets de socialisation retrouvés dans le costume et la tenue. Sa démarche de portrait social, plus poétique que documentaire, dépasse les approches typologiques ou sociologiques, pour se resserrer autour des exigences formelles fournies par les couleurs, les lumières et la figure inscrite dans un espace ou un fond privilégiés. Charles Fréger aime mesurer les écarts d’une tenue à l’autre, d’une tribu à l’autre, tous ces écarts qui font qu’on est soi parmi les autres. À chaque fois, la curiosité le pousse de plus en plus loin dans la recherche de ses sujets mais aussi dans ses recherches formelles. Comme s’il souhaitait aller toujours plus loin dans l’identification aux différentes communautés, comme si pour faire le portrait de quelqu’un il lui fallait toujours désirer sa place et vouloir enfiler son costume.

Il expose régulièrement à travers le monde et a publié plusieurs ouvrages de ses travaux.
Charles Fréger est le membre fondateur du réseau de photographes européens et américains : Piece of Cake (POC).

 

À PROPOS DES OEUVRES DE CHARLES FRÉGER

Les modèles

expo3 WILDER MANN ET COMPAGNIELe photographe construit méthodiquement ses figures, mais il n’entame pas une typologie ; il ne cherche pas à saisir la miss, l’étudiant, l’apprenti… pas question pour lui d’épingler l’archétype ou la figure emblématique ; il laisse assez de jeu au modèle pour qu’il y glisse sa subjectivité, qu’il s’approprie son personnage… L’exemple des miss est le plus évident. Ne sont-elles pas enfermées dans le regard des autres, dans cette attente de voyeur à laquelle elles doivent répondre ? Et pourtant elles échappent toutes au moule, elles introduisent dans le spectacle la dose d’ironie salutaire.

(L’objectivité des apparences, par Philippe Arbaïzar, préface de l’ouvrage Portraits et uniformes, éditions 779/SFP, 2001)

C2medias, agence de communication interactive

Charles Fréger poursuit, depuis le début des années 2000, un inventaire intitulé « Portraits photographiques et uniformes ». En Europe et un peu partout dans le monde, avec ses séries consacrées à des groupes de sportifs, de militaires ou d’étudiants, il s’intéresse aux tenues et aux uniformes. Sa première série s’appelait « Faire face », car pour lui, la rencontre du photographe et du modèle se cristallise dans une confrontation distancée en surface comme pour mieux apprécier l’épaisseur de l’être au monde et son appartenance au corps social. Faire corps et esprit de corps sont les ressorts de ces présences individuelles où la tenue, entendue à la fois comme pose et vê- tement, matérialisent le « physique de l’emploi » ou « l’habit du moine ».

(Didier Mouchel)

La méthode du photographe

expo4 WILDER MANN ET COMPAGNIEL’aspect uniforme, statique du dispositif photographique qui vise à neutraliser la présence du photographe pour privilégier l’enregistrement documentaire des sujets n’est qu’apparent. La qualité des cadrages, le choix des poses, le détail des mains ou des traits des visages, ainsi que l’importance accordée à la mise en situation restituent l’acui- té de la présence, l’adéquation entre la personne et un univers repéré pour ses codes et son inscription dans une société. L’exotisme y a sa part que ce soit à l’intérieur avec différents corps d’armées ou groupes sportifs, ou bien à l’extérieur à l’opéra de Pékin ou auprès de tribus africaines. Ceci renforce le jeu des différences et de l’altérité qui est un des principes des « portraits photographiques et uniformes ».

Dans ses projets, Charles Fréger décline un vocabulaire photographique précis constitué de cadrages centrés sou- vent frontaux, en pied, en buste ou serrés. La transparence de l’éclairage, la neutralité de l’expression ainsi que la statique de l’image, cependant attentive à la qualité des grains de peau et à la texture des vêtements, suggèrent une référence aux portraits peints par les maîtres anciens.

(Didier Mouchel)

(…)Charles Fréger élimine de la scène tout décor inutile. L’économie des moyens employés révèle la détermination de son approche. Ses modèles sont pris en vision frontale, sans effet, devant un fond uni.

(L’objectivité des apparences, par Philippe Arbaïzar Texte paru dans la préface de l’ouvrage Portraits et uniformes, éditions 779/SFP, 2001)

L’individu et le groupe

expo5 WILDER MANN ET COMPAGNIECes images semblent pointer une question simple : qu’est-ce qui nous rassemble ? Car chaque suite, à travers ses figures individuelles, est un portrait de groupe. à chaque reprise, le photographe se demande et indique ce qui réu- nit les individus, ce qu’ils ont en commun ? Cela tient effectivement à quelques signes émis par la société. Le corps devient en quelque sorte un porte-enseigne ; il se tient à l’articulation du subjectif et de la communauté. Toute société est faite de mimétisme, de tropismes, d’instincts grégaires ; une cravate, une charlotte, un duffle-coat suf- fisent pour qu’on se reconnaisse. Une tribu tient par ces détails qu’elle exhibe, change et échange, par ces rituels.

(L’objectivité des apparences, par Philippe Arbaïzar, préface de l’ouvrage Portraits et uniformes, éditions 779/SFP, 2001)

L’Homme sauvage, connu en anglais sous le nom de Wild Man et en allemand sous celui de Wilder Mann est, se- lon la légende, le fils issu de l’union d’un ours et d’une femme. Appartenant à deux mondes et en connaissant les arcanes, cet être mythique est considéré comme un « surhomme », destiné aux plus hautes charges du pouvoir ; de nombreuses familles du Moyen Age se sont d’ailleurs choisi comme aïeul l’un de ces légendaires êtres hybrides. Le plus souvent, l’Homme sauvage est vêtu d’un costume réalisé en matières naturelles ou en peau animale ; son visage est rendu méconnaissable, soit par un masque, un costume qui le recouvre intégralement ou encore un gri- mage noir. Un accessoire – bâton, massue ou autre – et une ou plusieurs cloches complètent la tenue. Leur poids, pouvant atteindre les 40 kilos, souligne la virilité et la force du personnage. Ces cloches ainsi que les matières végé- tales et animales de son costume, rattachent l’Homme sauvage à ses origines naturelles. Il incarne le lien complexe d’amour et de haine qu’entretient l’homme avec son environnement.

(extrait du texte Homme sauvage et traditions masquées en Europe dans le livre Wilder Mann ou la figure du sauvage, de Charles Fréger, éditions Thames & Hudson, 2012)

 

Informations pratiques

L’exposition se déroule dans deux lieux distincts : l’abbatiale Saint-Ouen et la Galerie Photo du Pôle Image Haute-Normandie. Il faut compter 5 minutes de marche entre les deux espaces d’exposition.

Abbatiale Saint-Ouen

Place du Général de Gaulle 76000 Rouen Ouverture :
le mardi, mercredi, jeudi, samedi et dimanche
de 10h à 12h et de 14h à 17h Fermeture :
le lundi, le vendredi, le 25 décembre et le 1er janvier Entrée libre.

 

Galerie Photo du Pôle Image HN

15, rue de la Chaîne 76000 Rouen
02 35 89 36 96 galerie@poleimagehn.com Ouverture :
du mardi au samedi de 14h à 18h Fermeture :
Le lundi, le dimanche,

les 24, 25 et 30 décembre et le 1er janvier

Entrée libre.

Facebook Comments
Sebastien Delehaye on Email
Sebastien Delehaye
Photographe Tireur Rédacteur Studio Lille
Sebastien Delehaye est l'un des deux créateurs de RevuePhoto, pris de passion par la photographie il en a fait son métier. Dirigeant de la société Studio-Lille, il est spécialisé dans l'impression de tirage d'art et les agrandissement d'exposition, de décoration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.