Livre : André Pozner, “Robert Doisneau, comme un barbare…

Les livres juridiques de Joelle VERBRUGGE chez 20Bis Edition

André Pozner sera l’invité de Downtown (France Inter) mercredi 26 septembre de 18h20 à 19h pour présenter son livre “Robert Doisneau, comme un barbare…” (Lux éditeur).

Le plus célèbre des photographes ? Maintenant peut-être. Mais qui était-il de son vivant ? Le doux Doisneau, le fortuné, le plaisant, l’humaniste ? Sûrement pas. Et c’est ce qui a poussé André Pozner à partager ses souvenirs, à raconter en mots et en images ses années Doisneau, qui sont aussi des années Prévert, car c’est chez Jacques Prévert qu’ils se sont rencontrés. Longues balades à trois, bavardages du coq à l’âne, Doisneau en photographe photographié. Une bande de copains et Paris pour décor !

André Pozner trace le portrait d’un artiste qui défriche son chemin, et celui d’une certaine époque, l’après-Mai 68. Loin de la vie en rose, la ville et la banlieue de Doisneau sont grises et dures, elles piquent au vif. Ce qui brille, c’est son oeil, c’est l’émotion qu’il s’attache à transmettre. C’est l’amour et l’humour, et toujours la révolte d’un petit bonhomme souriant sous sa casquette de velours, qui haïssait l’injustice, et qui disait : « Il y a des moments où l’on travaille comme un barbare, avec un besoin quasi animal de faire des choses, sans raisonner. Ce sont des moments de grande créativité. »

Résumé de “Robert Doisneau, comme un barbare”

2012, on s’apprête à fêter le centenaire d’un personnage hors du commun. On a beaucoup parlé de Robert Doisneau et pour un peu, il commencerait à se fi ger, ce qui ne lui ressemble pas. C’est sans doute ce qui a poussé André Pozner à écrire ce livre. Le moment est venu pour lui de faire le point, de se souvenir et de raconter ses années Doisneau. Ce sont aussi des années Prévert, car c’est chez Prévert qu’ils se sont rencontrés. Ça a enchaîné sur une longue balade à trois dans le quartier de Montmartre, le poète en guise de modèle, Doisneau en reporter, Pozner photographiant la scène.

Longue déambulation, bavardages du coq-à-l’âne. Les images sont reproduites dans le texte. Une bande de copains et la ville de Paris pour décor. Doisneau en photographe photographié. La suite a duré une vingtaine d’années, jusqu’à la mort de Doisneau en 1994.
André Pozner, “Robert Doisneau, comme un barbare…”

Lux Éditeur, 136 pages, 14 €

L’auteur

André Pozner est né en 1943 à Berkeley (Californie). Au fil des années, il a exercé différents métiers, dirigé la rédaction du magazine Zoom, chômé, écrit des chansons et publié des livres, souvent dans l’amitié, comme avec Prévert. La continuité est dans le regard, la particularité dans le rebond, la plume dans l’encrier et le sourire en coin.

Facebook Comments
Equipe RevuePhoto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.