Interview de Benjamine Scalvenzi

Les livres juridiques de Joelle VERBRUGGE chez 20Bis Edition

 

Bonjour Benjamine, comment t’es venue cette passion pour la photographie ?

J’ai toujours été nulle en dessin, à mon grand regret ;  et avec la photographie,  j'ai découvert une autre façon  de m’exprimer. Pendant des années j'ai fait des paysages que je développais moi même avec plaisir. Voir une photo  émerger de ma vieille bassine était passionnant !

Avec la venue de mes enfants, le manque de temps m'a fait arrêter un peu tout cela, à part la traditionnelle photo souvenir, et j'ai repris à l’arrivée du numérique.

La véritable passion est venue quand j’ai eu  mon premier objectif macro, puis le 300 mm avec lequel j’ai découvert une nouvelle vision de la nature.

Quel matériel utilises-tu ?

J’ai commencé avec un petit Sony powershot, suivi d'un bridge minolta avec lequel j'ai redécouvert le plaisir des réglages manuels. Je suis passé ensuite au canon 400D et  maintenant, j’ai un canon 7D, avec pour le paysage un 10 22 que je découvre depuis quelques temps, un 17 85 et   quelques filtres ;

Pour la macro le 100mm canon F 2,8 série L, et surtout pour la proxi le 300 mm canon F4, que j’adore. En ce moment il est vissé en permanence sur l’appareil.

Ton sujet ou tes sujets fétiches ?

Sans hésitation, la proxi de fleurs sauvages. C’est une passion loin d’être épuisée, et je cherche sans arrêt à faire mieux, à insuffler plus de douceur à mes réalisations et à rendre les fleurs vivantes dans leur environnement aux yeux de tous. J’aimerai qu’on puisse voir non seulement une fleur, mais aussi  tout ce qui se greffe autour et qui fait que la nature est si incroyablement belle.

J’aime aussi beaucoup les poses lentes pour l’impression de plénitude qu’elles m’apportent ;  j’ai fait un stage il n’y a pas longtemps avec un pro de la pose lente, Jean Emmanuel Reinhardt, et  j’ai appris beaucoup de choses que je vais essayer  de mettre en pratique. 

 

Pour ces sujets, as-tu besoin de connaissances diverses supplémentaires (biologie, stylisme…), et si nécessaire, fais-tu appel à d’autres corps de métier ?

Pour tout ce qui est fleurs, insectes et oiseaux, je tiens beaucoup à savoir le nom et l’histoire de ce que je photographie ;  alors, je me documente beaucoup à l’aide de livres de nature et sur internet.

Pour la technique photographique, j’ai beaucoup appris dans mes livres, notamment ceux de Mickael Freeman et de Bryan Peterson,  dans les magazines Nat’images et Image et Nature, que j’achète régulièrement, et sur les différents forums auxquels je participe.

Pour le post traitement, un stage avec Nacre Image m’a beaucoup aidé à décoller et à oser jouer avec Photoshop, que j’utilisais avec appréhension. 

Si tu devais n’en choisir qu’une dans ta photothèque, quelle photographie nous présenterais-tu ? Peux-tu nous en raconter l’histoire ? 

C’est difficile de choisir, j’en fais régulièrement des nouvelles qui me plaisent plus que les anciennes ; je choisirai donc la première que j’ai fait avec mon 300mm, un simple coquelicot, ça n’est certainement pas la meilleure, mais c’est celle qui m’a fait découvrir le plaisir de la proxi photo. Jusqu’alors, j’utilisais exclusivement le 100mm macro et je voyais les fleurs à travers cet objectif en mode rapproché ;  là j’ai découvert un monde complètement différent, beaucoup plus doux et plus poétique.   

 

Studio LILLE laboratoire impression fine art specialiste couleur

 

Quels sont les photographes qui t’inspirent, ou desquels suis-tu assidûment le travail ?

J’aime beaucoup le travail d’Elisabeth Gaillard, qui sans le savoir, m’a fait découvrir une autre façon de faire de la photographie ;  Serge Tollari pour ses lumières magiques, ou encore le travail extraordinaire de Stéphane Hette. 

En paysage, j’aime le travail très épuré  de Ludmila Espiaube ; les photographies hors du temps de David Burdeny, les photos de  Jean Emmanuel Reinhardt et Gilles Quesnot, leurs poses lentes sont magiques !

Un avis sur le futur du métier de photographe ?

Je ne pratique la photographie que pour le plaisir, je ne peux donc pas me prononcer, mais j’ai malheureusement l’impression que ça devient très dur d’arriver à vivre de ce métier aujourd’hui, et c’est vraiment dommage.  Je souhaite sincèrement aux photographes pro une belle réussite avec leur passion.

Tes récentes expositions, publications ?

Peu de choses ; j’ai mon propre site que je prends plaisir à alimenter régulièrement.  J’ai eu deux articles publiés sur Fotopedia magazine,

une photo de sélectionnée au festival de Namur l’année dernière, et une sélectionnée cette année au festival Eléments en Basse Normandie.

 

 

 

De futures expositions, publications ?

Je réfléchis à une exposition sur la flore et la faune du marais normand que je fréquente assidument.

Un projet en cours ?

Je suis sur un projet de décoration pour une maison de retraite, afin d’égayer les couloirs et les lieux de vie de ces endroits plutôt  tristounets, et afin d’apporter un peu de douceur et de gaieté à leurs hôtes.

Le mot de la fin, quelque chose à ajouter ?

Un grand merci pour le travail que vous effectuez à travers ce magazine, dont les rubriques sont toujours très intéressantes, et merci d’avoir mis mes photographies en avant par cette interview et dans quelques photographies de la semaine.

Site Web :http://www.ben-images.com/

Mail :  miscalvenzi@orange.fr

 

Facebook Comments
Equipe RevuePhoto