Exposition : Le Crissement du Temps

Le temps, la mémoire et l’enfance ont, à diverses intensités, toujours été au coeur de l’oeuvre de Sabrina Biancuzzi, dans la gravure comme dans la photographie. Si elle continue à s’exprimer dans ces deux disciplines, c’est parce que leur frontière reste ténue, poreuse. Cette perméabilité affranchit Sabrina Biancuzzi des cadres qui bornent rêve et réalité. Cette nouvelle exposition photographique, « Le Crissement du Temps » nous entraîne dans l’obsession en filigrane dans tout son travail, celle de la disparition.

« Un assourdissant silence »

Un univers sombre. De rares silhouettes humaines, plus fantomatiques que réellement incarnées. Des espaces vides, expurgés de toute vie. Des objets abandonnés, en attente des protagonistes d’une pièce de théâtre qui n’aura pas ou plus lieu.

Le temps est paradoxe dans les images de Sabrina Biancuzzi : il semble à la fois avoir déserté les lieux représentés et figé le vivant, comme gelé sous un inextricable glacis de gris. Le temps parait pourtant imperceptiblement faire son office. Sournoisement et inexorablement en marche.

Les œuvres de Sabrina Biancuzzi deviennent sonores. Elles bruissent, grincent, soufflent, râlent. Elles ponctuent l’existence de l’artiste. Nous les contemplons alors à l’aune de nos propres destinées. Elles sont les comptables des heures qui s’égrènent et nous rapprochent un peu plus de l’heure ultime. Nul besoin des aiguilles de la pendule pour nous rappeler la fuite du temps. Les objets (chaises, lits, statues, poupées…) sont les vestiges d’un passé, la trace d’une histoire, le symbole du trépas des êtres aimés.

Ce vide nous renvoie à notre propre disparition, à notre condition mortelle et éphémère. À cette enfance révolue dont les traces sont pourtant si profondes, gravées à jamais dans la mémoire. Les lieux (église, chambre, bois, chemins humides…) sont emplis d’un assourdissant silence, où viennent poindre des sons inquiétants, révélant les angoisses qui taraudent l’artiste.

Le rendu des tirages de Sabrina Biancuzzi, leur épaisseur, établissent un parallèle entre la technique utilisée et l’expression finale. Une fois les tirages réalisés, les images sont recouvertes de pigments noirs et disparaissent complètement sous cette matière opaque, comme si Sabrina voulait les enfouir, les oublier. Puis ces souvenirs s’imposent à nouveau à elle, leur force dissout la noirceur qui les dissimule : la photographe doit retirer l’encre masquant les images. Ces dernières, désormais imprégnées d’un reliquat pigmentaire noir, révèlent une vision crépusculaire.

C2medias, agence de communication interactive

Subtiles, ces images sollicitent plusieurs de nos sens : elles s’offrent non seulement à notre vue, mais aiguisent aussi notre envie d’expérimenter cette matière photographique par le toucher. Enfin, elles crissent à nos oreilles. L’atmosphère onirique des compositions de Sabrina Biancuzzi laisse filtrer une peur que l’on percevait déjà dans ses séries antérieures : celle du temps qui passe. Et donc la peur du temps qu’il reste.

Cette série est tirée sur papier baryte et peinture à l’huile
Format des images : 30x30cm

Sabrina Biancuzzi

Spécialisée en photographie argentique et en procédés alternatifs, Sabrina Biancuzzi est à la fois photographe et graveur. Elle aime le travail de laboratoire et le grain des pellicules d’argent. Elle mélange souvent les techniques, joue des caractéristiques de chaque médium car au-delà de la nécessité que l’image naisse, vient la recherche de matière, essentielle dans son expression.

Dans son travail elle laisse entrevoir l’intimité de ses voyages et rêves, mêlant ainsi le temps et les souvenirs.

Sabrina Biancuzzi, 32 ans, est née en Belgique. Elle vit et travaille à Paris, enseigne la photographie et anime des ateliers d’arts plastiques.

Informations

Du 31.03 au 11.06.11 – du mardi au samedi, de 14h à 19h
Vernissage le mercredi 30 mars 2011, à partir de 18h30

Entrée libre

 

Sabrina Biancuzzi – Le crissement du temps

Centre Iris … pour la photographie
238 rue Saint-Martin – 75003 Paris
+33 (0)1 48 87 06 09
centre-iris.fr
galerie@centre-iris.fr

 

 

Facebook Comments
Sebastien Delehaye on Email
Sebastien Delehaye
Photographe Tireur Rédacteur Studio Lille
Sebastien Delehaye est l'un des deux créateurs de RevuePhoto, pris de passion par la photographie il en a fait son métier. Dirigeant de la société Studio-Lille, il est spécialisé dans l'impression de tirage d'art et les agrandissement d'exposition, de décoration.