Exposition : Arles ou Avignon ?

Exposition de photographies  de  Tarah Montbélialtz

Juste un dilemme – se rendre à Arles ou à Avignon pour le festival de la photographie ou de théâtre ?
Juste une devinette pour départager, par les photos, les adeptes de ces deux pèlerinages assoiffés de culture ?
Ou plutôt un prétexte pour saisir des scènes sur le vif ? Des rencontres fortuites où chacun est perdu dans ses pensées ?  Des petits miracles singuliers et étranges sans faillir à sa réputation de virtuose ?

arles-avignon

ENTRE  VUES
Dans les intervalles des « instants décisifs » qu’Henri Cartier-Bresson rendit légendaires, que peut-on saisir en photographie ? Se passe-t-il vraiment rien, dans cet entre-deux,  au risque de conduire le flâneur au spleen baudelairien ? N’est-ce point au contraire une grâce de pouvoir observer, en ce balancement même dont témoigne l’image, l’imprévisible à peine visible qui remplit le vide ?

A la mort de son père, le cinéaste d’origine estonienne Vladimir-Georg Karassev-Orgusaar, Tarah Montbélialtz, en délicat hommage, décide de se rendre à Arles ou Avignon ou peut-être les deux : N’y a-t-il pas quelque chose de cinématographique qui se joue entre le théâtre et la photographie ?

Avec son appareil Nikon D90, il chemine sans chercher l’anecdote touristique ou documentaire mais plutôt des moments d’équilibre. Par sa pratique de la bascule de l’image, il questionne non seulement la photographie (à quoi cela tient une image ?) mais le principe de vie.  Lucrèce en son « De Natura Rerum » ne dit-il pas que la déclinaison, le « clinamen », explique la formation du monde, garantit la liberté de l’homme, son élan vital ; ce que Tarah induit en mettant en présence (à distance !) une petite fille en rose qui semble prolonger l’enjambée interrompue du vieux pont d’Avignon. Il voit, au seuil d’une grille ouverte, comme en sillage d’une femme en noir, la statue de marbre froid d’Enée portant son père Anchise. Il voit ce qu’il ressent  au plus profond. Est-on passé de l’autre coté, d’Avignon en Arles ou d’Arles en Avignon ? Il saisit au passage, dans un même soleil, la nonchalante promenade de vie des uns et des autres entre deux expositions ou pièces de théâtre : le spectacle « off » de la rue, avec un  penchant pour de « belles entrevues » que le regard effleure mais que la photographie retient en images.

Affiches et photographies se mettent en miroir. Tarah photographie ceux qui dans l’étoilement des massifs de fleurs se photographient eux-mêmes. Une dame s’est assise : le jardin a basculé : est-ce son fait ou le fait de la photographier !

Sans insister, Tarah Montbélialtz amène les regardeurs de ses images à anticiper, à établir comme lui des relations entre des personnes et des choses que rien en apparence ne lie. Cela se situe comme au départ de la pensée. « Deux minutes devant un brin d’herbe, disait -sérieux- Gustave Flaubert, on a une histoire à raconter ». Une image, en soi, pourrait-on ajouter, ne vaut-elle pas dix mille mots ? Ces mots qui font images, qui s’affichent ici et là, qui lacérés rivalisent en exposition avec par exemple Koudelka que deux jeunes visiteuses en short ne semblent pas  avoir remarqués pas plus que Tarah lui-même jouant avec elles à voir sans être vu.

Les images côte à côte se répondent. Une grue de chantier vue à la diagonale vient troubler en une photo adjacente (à moins qu’il s’agisse de l’homme debout devant !)  une jeune femme assise en un premier plan flou. Des rencontres se font dans l’invisible. La nuit, devant des escaliers qui conduisent aux églises, une chorégraphie d’ombres fait danser, onduler, ondoyer la photographie elle-même qui en rend compte. Rue de Tarasque, on voit à peine le ciel entre les maisons: si on en croit les affiches flottant au vent, on attend Godot. Près d’une fontaine, cependant, en une image qui a retrouvé son aplomb, Tarah perçoit quelqu’un montrant une direction… quelqu’un de bienvenu en notre monde instable.

TarahMontbelialtzArlesOuAvignonCOMPR-1050

Ronan Le Grand – historien de l’art, conférencier, commissaire d’expositions
Né en Estonie et fils du cinéaste Vladimir-Georg Karassev-Orgusaar (1931-2015), réfugié en France, Tarah Montbélialtz a grandi à Paris.

Formé à la photographie par Carlo Werner, Aurianne Bourbonneux et Eva Le Pallec, il a exposé ses photos dans des cafés, restaurants, bibliothèques municipales et centres d’animation.

Il remporte le concours « Paris métisse » avec la publication de sa photo dans le magazine  En Vue (n° 68, septembre–octobre 2014) des bibliothèques de la ville de Paris.

http://www.paris-bibliotheques.org/paris-lobjectif-en-vue/

Exposition personnelle à l’Institut français d’Estonie (à Tallinn) en février 2014, « Errements passagers (observateurs observés) », sur les états d’âme des visiteurs saisis lors de l’exposition Dali du Centre Pompidou (Paris, novembre 2012–mars 2013).

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.402129386580340.1073741839.186102341516380&type=1

Exposition personnelle au musée de la ville de Viljandi (Estonie), Centre Kondas, en septembre 2013, « Vision de Hermann Johann », des photos de nus dans les teintes du tricolore du drapeau estonien (bleu-noir-blanc).

Sortie de l’album « Vivre dans l’escrime photographiquement » en février 2012, photos prises lors d’un cours de la Section Escrime de l’ASPTT de Paris Ile-de-France (Gymnase Rosa Parks).

+ d’informations

Date : du 1er au 31 décembre 2015
Lieu : La P’tite Galerie, 34 rue Cachin – 14 600 à HONFLEUR
http://www.laptitegalerie.net/expositions/

Facebook Comments
David Lesage on FacebookDavid Lesage on GoogleDavid Lesage on InstagramDavid Lesage on LinkedinDavid Lesage on TwitterDavid Lesage on WordpressDavid Lesage on Youtube
David Lesage
Journaliste
David Lesage est l’un des deux créateurs de RevuePhoto. A la tête des agences C2medias et DLC-Photo il est au fait des dernières avancées en matière de photographie et de vidéo. Passionné par la vidéo et les panoramiques, il se fait un plaisir de tester les différents équipements pour RevuePhoto.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.