Des images, des hommes

La galerie Le Château d’Eau à Toulouse mérite une visite. Par son architecture, remarquable, mais aussi parce c’est un lieu au rayonnement international spécialisé en photographie et qui démontre pleinement l’utilité et la nécessité de sa présence. Ainsi, le pôle photographique de Toulouse qui mérite vraiment une visite (allez voir son centre de documentation riche de 15 000 ouvrages) nous propose l’itinéraire de deux photographes que je vous conseille vivement de parcourir. Un véritable pétillement des yeux.

Algirdas Šeškus

« Variations en nuances de gris »

Algirdas.Seskus1976press1A.Šeškus fait profession de témoin, l’œil aux aguets. Sa possibilité de comprendre, découvrir, révéler des conditions humaines à l’aide de son appareil, sans artifices, lui concèdent une personnalité forte. Artiste lituanien, il a marqué la culture photographique de l’époque. Ses photos des années 70-80 n’ont pas été comprises car il ne cherchait pas à faire de « belles images ». La force de ses photos sont si révélatrice qu’elles font penser à un constat. Et invitent nos yeux à découvrir des sens nouveaux, obscurs, terratiques.

Parler de photographies devant les images d’A.Šeškus est un risque : celui de pressentir un drame. Il nous présente la comptabilité de traces matérielles : traces d’échecs et d’espoirs. Il y a dans ses photos le désir de ne pas céder aux forces de défaites mais néanmoins d’affirmer l’appartenance à l’humanité. Un peu comme cet enfant au chien cadré entre deux distributeurs  d’eaux gazeuses. Au-delà de son apparence, elle propose une lecture autre de l’image comme le simulacre d’une figuration. Un peu plus loin, des images de femmes nues et dont la photographie redevenue simple, preuve d’identité, rappelle le quotidien. Il nous présente ses images, sans date, sans titre, sans texte, des scènes banales ou étonnantes, comme si tout cela faisait partie d’un ruban continu de complicité entre le regard du spectateur et celui du photographe.

« Nul besoin de pratiques factices ou d’abuser d’une profusion de matériel, il suffit d’écouter attentivement et de suivre son for intérieur ».

Une bien belle expo à voir et à revoir                                       .

 

Julien Chapsal

« Le Mirail »

J.Chapsal-LeMirail-6788-04press1Une autre série de photographies au Château d’Eau. Invité pour une résidence d’artiste dans les quartiers populaires du Mirail en 2013, J.Chapsal a choisi de photographier des scènes du quotidien à la rencontre de celle et ceux qui, âgés de 18 à 25 ans, font leur entrée dans la vie d’adulte. Loin d’être une simple variation du thème, les photographies de J.Chapsal prêtent à réflexions. Aucune de ses images ne doit rien à l’effraction, à l’exploitation. Il s’est intéressé à l’existence de tout un chacun, toujours prêts à se laisser surprendre. Il garde également une discrète réserve tant les visages humains sont entourés d’un silence. Il les a fait poser certes mais chacun a organisé sa fantasmagorie intime comme rythmés par la vie sociale. Comme cette image d’une jeune fille appuyée contre un arbre qui regarde devant elle, le visage penché, avec une expression humanitaire dont nous sommes du même coup dépossédée. Il nous propose des images significatives sur le plan social, laissant deviner une forme de sociologie sans paroles au sens où Goethe parle d’une « tendre expérience qui s’identifie très intimement à l’objet et devient de la sorte une véritable théorie ». J.Chapsal nous présente la comptabilité de traces pas seulement génétiques mais matérielles : traces d’échecs parfois mais d’espoirs aussi. Un photographe à suivre.

«Variations en nuances de gris» d’Algirdas Šeškus et « Le Mirail » de Julien Chapsal jusqu’au 5 janvier au Château d’Eau (1, place Laganne), Toulouse. Tarif : 2,50 € (gratuit – 18 ans).

Ouvert tous les jours sauf le lundi de 13h à 19h

Les photos de ces expositions ont été publiées dans des ouvrages et sont proposées  par la Galerie.

Facebook Comments
Michel Plancade
Michel Plancade, passionné de photos, a animé plusieurs ateliers photographiques et une association, "Lucigraphie", consacrée à la recherche, la diffusion et la promotion de la photographie. Quelques expos à son actif, lauréat du « Olympus International Photo Contest ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.