Maya Louhichi

Biographie

Après des études en audiovisuel et plusieurs expériences cinématographiques (photographe de plateau, assistante à la réalisation, réalisation de documentaires), Maya Louhichi se consacre à la photo et à la vidéo.​
En 2009, elle fonde le webzine « freezmix.com » et couvre, en tant que photographe journaliste, les grands évènements de la danse urbaine.
Ses travaux photographiques l’emmènent dans plusieurs pays et puisent leur inspiration dans différents domaines (la danse, l’architecture, l’urbanisme…).
Ils lui valent plusieurs publications dans des magazines spécialisés et le premier prix du Festival Photo des Femmes à Alfortville en 2012.

Après « PETITES HISTOIRES ENFUMÉES », documentaire sur la relation fumeur/cigarette réalisé en Tunisie, Maya Louhichi travaille sur un nouveau projet lié au récent décès de son père en Février 2018, le réalisateur tunisien Taieb Louhichi.

MAIN(s)

Presser, agripper, modeler, toucher, masser, prendre, ressentir, malaxer…

Je suis allée à la rencontre d’artisans arlésiens pour leur demander le rapport qu’ils ont avec leurs mains dans leur métier.

Je leur ai demandé de me parler de leurs gestes quotidiens et de leurs mains, en quoi leurs sont elles indispensables ?

Praticien, céramiste, affuteur, pâtissier ont chacun répondu.

« Le toucher va me faire sentir l’urgence chez le consultant », « Mes mains ne sont pas là pour être esthétiques, elles sont là pour travailler », « Les mains deviennent un outil, et quand on touche la terre celle ci se plie complètement aux pressions », « Mes mains sont indispensables pour le ressenti, je ne peux pas travailler avec des gants parce que quand je passe sur la machine avec les bandes abrasives j’ai besoin de sentir avec les doigts si elle chauffe ou pas, pour éviter que la lame du couteau soit détrempée ou qu’elle ait un souci », « C’est surtout la pâte qu’on touche avec la main, les gâteaux c’est plutôt les ustensiles. En boulangerie par contre on est obligés de la toucher à la main, le contact est collant, mou et tiède. Tout dépend de la saison, si c’est l’hiver c’est plus frais la pâte est plus fraiche, l’été c’est difficile à travailler une pâte qui lève toute seule. On a quelque chose qui travaille, qui est vivant et réagit en fonction du temps et de l’humidité. »

J’ai ensuite demandé aux artisans d’imaginer un instant la perte de la motricité de leurs mains, que feraient ils ? Est ce qu’ils continueraient par un moyen ou un autre le métier qu’ils exercent actuellement ?

« Je pense que je préfère me casser un pied qu’une main », « J’ai imaginé une fois si je me blessais, juste une blessure je me casse le bras par exemple, ce serait déjà compliqué.

Je ne sais pas ce que je pourrai faire d’autre, j’ai toujours été manuelle alors je n’envisage pas un autre métier sans les mains », « Ce serait extrêmement difficile d’être affuteur sans avoir ses mains, car on a besoin d’appuis », « Si je n’avais plus qu’une main il faudrait aller plutôt vers l’enseignement dans ce cas, profiter de tout ce qu’on a acquis comme connaissance pour le retransmettre. Enseigner la technologie de boulangerie pâtisserie en expliquant sans avoir à mettre les mains dedans.

Pour porter les pâtes et manier les machines qu’on utilise pour travailler j’ai besoin de mes deux mains. Ce serait difficile de continuer si j’avais de l’arthrose, des doigts qui s’ankylosent, liés à l’effort et aux mêmes mouvements répétés quotidiennement. »

A 20 ans j’ai vu mon propre père perdre la motricité de ses mains et de son corps tout entier suite à un terrible accident de la route.

Réalisateur de cinéma, il a du jour au lendemain perdu toute son autonomie et a du « réapprendre » à vivre avec l’absence de ses mains. Celles ci nous semblent tellement acquises qu’on ne se rend même plus compte du cadeau que nous possédons. Je propose ici une perception différente et intime du handicap moteur et conclue ce texte avec ces mots de mon père :

« En ce qui me concerne, ma condition physique ne m’empêchera point de continuer à vivre et de réaliser ne serait ce qu’une partie de mes rêves » Taieb Louhichi, réalisateur jusqu’à son dernier souffle.

Materiel utilisé

Canon 5D mark IV + 50mm 1.8
Un trépied
Un dictaphone pour enregistrer les échanges avec les artisans
Un tissu noir et du gaffeur

Coordonnées portfolio

www.mayalouhichi.com

Instagram : maya.louhichi

Facebook Comments
David Lesage on FacebookDavid Lesage on GoogleDavid Lesage on InstagramDavid Lesage on LinkedinDavid Lesage on TwitterDavid Lesage on WordpressDavid Lesage on Youtube
David Lesage
Journaliste
David Lesage est l’un des deux créateurs de RevuePhoto. A la tête des agences C2medias et DLC-Photo il est au fait des dernières avancées en matière de photographie et de vidéo. Passionné par la vidéo et les panoramiques, il se fait un plaisir de tester les différents équipements pour RevuePhoto.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.