Livre : Roy Stuart – Glympstorys

Capture d’écran 2014-03-26 à 11.33.03

Après de nombreuses demandes d’une nouvelle collection de photos, Roy Stuart est de retour, avec un nouveau livre. Plus grand, plus volumineux des précédents opus édités chez Taschen. Ici, il montre un travail audacieux, plus subversif, que tout ce qu’il a précédemment publié.

Les afficionados du travail de Roy Stuart trouveront ici un livre différent de ceux qu’ils connaissent. C’est un livre conçu comme un manifeste , où le travail est poussé plus loin : en effet, depuis la création de son long métrage, «The Lost Door», Roy Stuart a trouvé un rythme et une voix très originale dans la photographie contemporaine, reprenant à sa façon les expériences narratives de Duane Michals ou de Marie-Françoise Plissart : à l’heure de la domination vidéo, la photographie ne peut peut-être plus être isolée dans son instantanéité, elle s’inscrit dans un flux où un « avant » et un « après » qui compressent la photographie et lui donnent sa tension, sa puissance… La photographie éclate de sa propre insuffisance, et appelle le texte, la poésie, la musique.

Au-delà d’une nécessité de « légende », on assiste à véritable appel à une troisième dimension de l’image : le mot.

Dire que la photographie s’inscrit dans un récit, c’est voir le dvd qui accompagne le livre est un véritable prolongement de l’ouvrage, ou une invitation à relire le livre qui se présente comme une interrogation sur la photographie, ses limites et ses possibilités encore inexplorées. En témoigne le mini-scandale qui a opposé Roy Stuart à son ancien éditeur, pour une raison de censure absurde dont les lecteurs jugeront la pertinence.

Le nu, le sexe et la beauté ont toujours été dans la culture occidentale Liés à la question de la vérité, de la recherche du savoir.

Ne dit-on pas que la vérité sort du puits, nue…

Et si nous lisions ce livre en suivant ce fil : la quête d’un secret caché entre les images et les lignes ? La beauté est-elle une de ces portes par où nous nous éveillons de la mort, un instant, l’instant du désir, désir de l’autre, qui se fait dans la jouissance, ce retour sur soi qui nous dépasse ?

Ce livre se présente donc sous la forme d’un labyrinthe, au coeur duquel nous attend un monstre inattendu… Quel est alors le fil d’Ariane qui nous guide dans le travail de Roy Stuart ? Allez, N’hésite pas. Entre. Tu trouveras peut-être la réponse. Un monstre. Ton reflet. La sortie. La porte perdue qui mène à cette vérité petite, mais nécessaire. Le livre dévoile un travail de Roy Stuart au coeur de la question artistique, et plonge au-delà du mystère du désir. Il renouvelle la relation entre l’art et la beauté.

Roy Stuart

1970-1980
Evolution de Roy Stuart dans les milieux représentant la « contrer-culture » américaine à New York. Poète, musiciens et junkies. Rencontre avec GREGORY CORSO, ALLEN GINSBERG et surtout son amis et poète cubain NELSON VILLAMOR. Roy Stuart se joint à lui dans l’aventure musicale du groupe « PIGEONS OF THE UNIVERS ». Parallèlement, Roy Stuart connais le métier d’acteur au début des années 70. Un petit rôle dans « Le Parrain II », et nombreux autres films dont quelques « X » de l’époque (LASSE BRAUN). Immédiatement Roy Stuart est fasciné par les techniques du cinéma et plus particulièrement les éclairages, il pose beaucoup de questions, observe, apprend à composer, à « confectionner » avec les lumières.

1980-1990
Roy Stuart, froidement résolu au refus de l’ american way of life quitte les USA pour l’Europe. Il s’installe en Angleterre, y fait des photos érotiques de sa compagne et les vend à des revues françaises. Les clichés, déjà remarquables, sont bien accueillis. Les contacts se nouent et le commandes se multiplient. Roy Stuart devient photographe professionnel. Et également, pour un temps, photographe de mode. L’attitude coincée de l’Angleterre des 80’s accélère le départ de Roy Stuart pour Paris.

1990-2009
De plus en plus souvent, les prises de vue photo sont également filmées. Ces séquences sont réunies dans de grands collages expérimentaux, proches du documentaire de travail, les Glimpse Vidéos. Les séries de photo se font plus narratives. Roy Stuart se rapproche de sont rêve des années 70 : Le cinéma. La rencontre avec BENEDIKT TASCHEN débouche sur la publication de 5 livres de photo au succès mondial.

En 2008, Roy Stuart entame la réalisation de son premier long métrage : The Lost Door.

Facebook Comments
Sebastien Delehaye on Email
Sebastien Delehaye
Photographe Tireur Rédacteur Studio Lille
Sebastien Delehaye est l'un des deux créateurs de RevuePhoto, pris de passion par la photographie il en a fait son métier. Dirigeant de la société Studio-Lille, il est spécialisé dans l'impression de tirage d'art et les agrandissement d'exposition, de décoration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.