Interview de Patrick Ximenes

 

Bonjour Patrick, comment t’es venue cette passion pour la photographie ?

Bonjour,

Comme tout bon pêcheur a la mouche qui se respecte, j’avais toujours avec moi un petit appareil pour immortaliser une prise, un insecte… Il y a 5 ans je suis entré dans une grande enseigne pour changer mon vieux coucou, et je suis rentré à la maison avec un reflex, deux objectifs et un trépied. J’ai eu la chance via un forum photo, de rencontrer Gilles Quesnot et Jean-Emmanuel Reinhardt de Nacre-Image. Ils m’ont donnés l’envie, la maitrise et les moyens de tenter de réaliser des photos.  

Quel matériel utilises-tu ?

Boitiers. Sony A850, A77, A700.

Objectifs. Sigma 50/500 mm, Sigma 70/200 mm, Sigma 24/70 mm, sigma 105 mm macro. Et divers babioles qui prennent de la place…

 

Ton sujet ou tes sujets fétiches ?

Quelque soit le sujet, j’aime le photographier. J’aime la rue et ses mystères, les paysages, l’animalier,  le N&B. Mais j’ai une prédilection pour la macro. Le sous bois, les champignons, la mousse et les fleurs sont devenues ma passion première. 

Je ne déclenche pas beaucoup, j’aime tourner autour de mon sujet, chercher l’angle de PDV avec la lumière. Je prends autant de plaisir à observer et à faire mes réglages que de déclencher. Je passe plus de temps à régler mon boitier qu’en post traitement. 

Depuis deux ans, à la belle saison les papillons occupent tout mon temps de photographe.

Pour ces sujets, as-tu besoin de connaissances diverses supplémentaires (biologie, stylisme…), et si nécessaire, fais-tu appel à d’autres corps de métier ?

Il faut respecter la nature, en sous bois je fais très attention ou je marche. Je me documente beaucoup car je trouve important de bien connaitre son sujet.

 

Si tu devais n’en choisir qu’une dans ta photothèque, quelle photographie nous présenterais-tu ? Peux-tu nous en raconter l’histoire ?

Sans réfléchir, « La magie d’un soir ». C’est une fleur de mousse avec une goutte d’eau dans un coucher de soleil. J’ai regardé avec précision ou le soleil se couchait.

Ensuite j’ai cherché et trouvé un vieux tronc d’arbre avec de la mousse, j’ai placé le tronc sans rien dénaturer face au soleil, mais a l’ombre des arbres pour ne pas que la goutte soit trop sur exposée, et aussi pour assombrir mon arrière plan. Et j’ai attendu le soleil… J’ai réalisé cette photo sur trois jours, pour cinq images avec des angles de PDV différents. J’ai réalisé depuis d’autre photo avec le soleil, j’en éprouve

toujours autant de plaisir, mais le charme de la première fois était passé. Voila son histoire.          

Quels sont les photographes qui t’inspirent, ou desquels suis-tu assidûment le travail ?

Willy Ronis pour son N&B et une composition d’image simple mais recherchée.

 

Un avis sur le futur du métier de photographe ?

Pour les pros je ne sais pas, mais pour les amateurs comme moi il suffit de bien regarder autour de soit, car les sujets ne manquent pas. Depuis cinq ans une a deux fois par mois je vais a Montmartre faire des photos, chaque fois je reviens avec des nouvelles images et des nouvelles surprises.

 

Un projet en cours ?

Marier au printemps une jolie fleur et un beau soleil…

 

Le mot de la fin, quelque chose à ajouter ?

Le plus dure en photo ce n’est pas de déclencher, mais d’apprendre à ne pas déclencher. (Gilles Quesnot)

Merci a revuephoto, c’est vraiment super sympa ce que vous réalisez.

Site Web : http://www.alpha-image.fr

Facebook Comments
Equipe RevuePhoto