Festival de photographie a Tbilisi

Pour sa 3ème édition, le « Tbilisi Photo Festival », se place sous le signe du témoignage et de l’engagement. Avec, une exposition inédite consacrée à la Syrie plongée dans le chaos. Et la venue du photographe de guerre Stanley Green, en invité d’honneur.
Le festival a pour ambition de montrer le meilleur de la photographie mondiale mais aussi de se poser comme le rendez-vous incontournable des photographies des mondes qui se rencontrent dans le Caucase, couloir à la croisée des univers asiatique, iranien, turc, européen, russe, arabe.
Vous voulez voir de la photo afghane ? Vous en verrez ! Vous voulez voir de la photo géorgienne ou arménienne ? Vous en verrez ! Vous voulez voir de la photo iranienne, irakienne ou russe ? Vous en verrez !

Nuit de la photographie – La Nuit de l’Année des Rencontres d’Arles hors les murs

Comme pour ses deux premières éditions, la Nuit de la photographie, en partenariat avec la nuit de l’Année, organisée par les Rencontres d’Arles, sera le point d’orgue d’un long week- end de photographies et de « soupra » (table géorgienne, festive).
Dix écrans géants seront accrochés de par les rues du vieux Tbilissi. Entre les bains d’Abanotoubani et la place Goudiachvili, aux terrasses des cafés, chacun pourra se repaître du travail des meilleures agences et collectifs de photographes (Noor, Vu, Myop, VII, Ostkreuz…) et des plus grands magazines et journaux.
La 3ème Nuit de la photographie offre une partie du programme de La Nuit de l’Année d’Arles enrichie par une sélection propre au Tbilissi Photo Festival. Photographes géorgiens, arméniens, turcs, azéris, russes, iraniens… Avec entre autres « Grozny – Nine cities », projets de trois femmes photographes russes sur la Tchétchénie d’aujourd’hui; des photo journalistes arméniennes avec Nazik Amenakyan sur les transsexuels, ou Azniv Andreasyan, sur la folie du skateboard à Erevan. Sans oublier l’étonnant travail d’agences afghane « Afghan Eyes » Une série sur les émeutes provoquées par les Corans brûlés, une autre sur la vie quotidienne afghane vue par des Afghans et irakienne « Metrography » basée a Baghdad (« The Sorrow of Kirkuk » ou « Day Laborers in Northern Iraq »). Le dynamique Russian Reporter Magazine présentera aussi son cru 2011.

Syrie – Témoignage et engagement

Cette année, le « Tbilisi Photo Festival » a choisi de laisser place au témoignage en dédiant une grande exposition à la Syrie. Une première. Non seulement avec les images de ceux qui se sont rendus à Homs, comme le regretté Rémy Ochlik, qui y a laissé sa vie, ou encore William Daniels (Panos Picture), Paul Conroy, Alessio Romenzi, Mani… Mais aussi avec des clichés de Syriens, anonymes, pris de l’intérieur de la nasse, totalement inédites.
Une table-ronde sera organisée à l’occasion de cette exposition. Là encore, place aux témoignages. Que ce soit ceux de Syriens, qui ont vécu de l’intérieur le terrible mois de février, ou de l’écrivain et reporter Jonathan Littell, envoyé spécial à Homs pour Le Monde début 2012.

Black Sea – Les couleurs de la mer noire

Que sait-on de la mer Noire ? Tout se passe comme si son nom l’obscurcissait immanquablement. Elle est pourtant pleine de couleurs… comme on s’en rendra compte avec la dizaine de photographes que le « Tbilisi Photo Festival » a réuni pour cette exposition.
Les photographes ne s’y sont aventurés que comme avec prudence au cours du dernier demi siècle. Dans la foulée de Boris Mikhaïlov, qui l’a abordée avec légèreté, comme pour mieux l’amadouer, avec sa série sépia « Crimean Snobism. » Par petites touches parfois, en noir et blanc, dans le discret et superbe « Autour de la mer Noire – Voyage d’hiver » de Klavdij Sluban, ou dans la nostalgique « Chronique et fiction » de Vanessa Winship (Vu).
A la faveur des évènements historiques des vingt dernières années, de la chute de l’URSS et du socialisme, avec le retour dans l’Europe de la Roumanie et de la Bulgarie, à l’émergence de la Turquie moderne, les objectifs sont allés recapter les couleurs oubliées de la mer Noire. Les rouges et roses des barres d’immeubles de Turquie immortalisées par George Georguiou (Panos Pictures). Les couleurs du renouveau de la Géorgie de Justyna Mielnikiewicz.. Les bleus, pourpres et vieux rouges des ambiances des polaroïds de Philippe Guionie (Myop) qui nous emmène sur les côtes roumaines, bulgares et turques avec sa délicieuse série « Kéraban ». Les tons pleins de déglingue et de nostalgie, comme chez Rafal Milach ou Yuri Kozyrev (Noor). Sans oublier les pastels de l’Abkhazie de Giorgui Pinkhassov (Magnum).

Studio LILLE laboratoire impression fine art specialiste couleur

Stanley Greene – On the Road to Chechnya

La route de Stanley Greene (Noor) passe souvent par le Caucase. « Invité d’honneur » du 3ème « Tbilisi Photo Festival », le photographe new-yorkais ne pouvait pas manquer la première exposition dans le Caucase de son travail sur la guerre de Tchétchénie. Là, à moins de 200 km. de Grozny, juste de l’autre côté des sommets du Grand Caucase… Le Tbilissi Photo Festival est ravi d’accueillir ce photographe engagé.

Regards d’iraniennes – Images dévoilées

Pas facile de dire la réalité de l’Iran d’aujourd’hui. Pourtant le désir de la basculer, d’abattre les murs et les faux-semblants, de la questionner est manifeste. Alors la photo se fait tour à tour conceptuelle, documentaire, provocatrice, malicieuse, dérangeante… Et ce sont des femmes qui passent sous le voile de la réalité. Neuf Iraniennes exposent leur travail de battantes. Quel culot, et quel humour, chez une Shadi Ghadirian, avec ses portraits d’Iraniennes en tchador, une passoire ou un fer à repasser à la place du visage ! Quel courage chez une Tahmineh Monzari (arrêtée à Téhéran le 18 février dernier), que d’aller à la rencontre des femmes SDF d’Iran ! Quelle détermination, pour reconquérir l’espace, masculin, chez une Mehrane Atashi dans « Bodyless » !

Le Caucase – Portraits du 19ème Sciècle

Après le succès l’an passé des photographies de la collection Dimitry Ermakov (19ème S.), le festival lèvera encore un peu le voile sur le riche patrimoine photographique de la Géorgie. Cette année, le festival consacre une exposition à l’art du portrait photographique du 19ème dans le Caucase. Un voyage dans le temps mais aussi dans la mosaïque culturelle de la région. Princesse géorgienne de Koutaïssi, riches commerçant arméniens de Tbilissi, kurde au service de l’armée russe, derviches, doukhobors (« Vieux croyants » russes), juifs du nord du Caucase, femmes tatares en tchador… Tout ce beau monde se fait photographier sur fond de papier peint représentant les sommets du Grand Caucase. Du coup, dans ces « cabinets portrait » de Tbilissi, c’est toute la Géorgie, dans sa diversité multi ethnique et multiculturelle, qui se retrouve comme en miniature, accoutrée et endimanchée comme pour mieux souligner ce que l’on croit être.
Pour renouer avec la tradition, de façon ludique, un cabinet portrait sera installé aux portes de l’exposition, dans l’ancien Caravansérail de Tbilissi. Des grands noms de la photographie d’aujourd’hui se relaieront pour faire des portraits posés à la demande.

Natela Grigalashvili – Abécedaire Géorgien

L’univers de Natela Grigalashvili, la jeune photographe géorgienne, c’est son village natal. Parce que c’est là qu’elle a appris le géorgien, langue qu’elle décline tout au long d’un abécédaire unique. « Aurore », « Ciel », « djigari » (« Mes tripes »), « cheni chiri me » (« Je t’aime tant, tu m’es si cher que je prends ton malheur sur moi »)… Un vocabulaire si propre et si cher à Natela, plein d’ironie, d’humour, de tendresse. Une pastorale de mots et d’images qui permettent à la jeune photographe de ne pas perdre son monde.


+ d’informations

Festival de photographie
29 mai – 04 Juin 2012
Tbilissi, Géorgie

Téléchargez le communiqué de presse
Site Internet du festival

Facebook Comments
David Lesage on FacebookDavid Lesage on GoogleDavid Lesage on InstagramDavid Lesage on LinkedinDavid Lesage on TwitterDavid Lesage on WordpressDavid Lesage on Youtube
David Lesage
Journaliste
David Lesage est l’un des deux créateurs de RevuePhoto. A la tête des agences C2medias et DLC-Photo il est au fait des dernières avancées en matière de photographie et de vidéo. Passionné par la vidéo et les panoramiques, il se fait un plaisir de tester les différents équipements pour RevuePhoto.