Choisir son téléobjectif

Le budget, la focale, l’ouverture, le poids, la stabilisation, la vélocité de l’autofocus, la qualité optique… C’est incompréhensible pour vous ? RevuePhoto vous propose de vous aider à y voir plus clair parmi tous ces téléobjectifs neufs ou d’occasion. Si la photographie animalière ou de nature vous intéresse alors cet article est fait pour vous.

 

Moins de 500 euros

Avec un tel budget le nombre d’offres est assez mince, cependant il s’agit d’un budget suffisant pour se faire un vrai premier plaisir et gouter aux joies des longues focales. Pour moins de 500 euros il faudra donc regarder du côté des 300 mm, que ce soit des focales fixes d’occasion ou des zooms neufs.

Les Zooms De ce côté le meilleur choix sera sans aucun doute un 70-300 stabilisé (VR chez nikon, IS chez canon et Os chez Sigma) mais avec une ouverture à 5.6 ils ne sont pas très lumineux, ils ne supportent pas l’utilisation de multiplicateur de focale mais sont équipés d’AF* ultra-rapide, de la stabilisation qui permet de gagner un peu de vitesse et surtout ils sont relativement légers et polyvalents.

Les Sigma 135-400, 170-500 d’occasion sont financièrement plus intéressants que les 70-300 IS/VR mais ne sont pas stabilisés. Ils sont d’une qualité optique un peu moins bonne et surtout ne sont pas équipés d’AF rapide.

Si votre portefeuille vous « limite » à ces modèles, préférez le 135-400, de qualité optique vraiment meilleure qu’un 170-500 ! Les 70-300 non stabilisés d’occasion. Ces zooms d’anciennes générations ne sont pas vraiment recommandables… mais si financièrement vous ne pouvez vous permettre mieux, vous n’aurez pas d’autres choix.

Sachez cependant qu’ils souffrent d’un AF lent, d’un rendement optique parmi les plus bas et d’aberrations chromatiques souvent prononcés dans des conditions de lumière difficiles. En conclusion, ces zooms jouent sur la polyvalence, ils s’inviteront autant dans les réunions de familles, les reportages, les photos de sport etc. que lors de vos sorties nature. Cependant, la polyvalence a bien évidemment un coût ! Une qualité optique en retrait, une ouverture limitée à 5.6, ces optiques ne seront pas adaptées à la photographie en sous-bois, ou à la photographie d’oiseaux.
Les Focales Fixes Pour 500 euros, il faudra chercher du côté des occasions Sigma 300/4 >> L’optique la plus lumineuse dans cette gamme de prix, avec la qualité optique la meilleure ! Sigma 400/5.6 >> Un 400 mm avec une qualité optique acceptable, malheureusement on tombe à une ouverture de 5.6 Nikon ou Canon 300/4 avec AF non motorisé, d’ancienne génération, ils se trouveront dans la limite haute de votre budget, mais sachez cependant qu’ils vous fourniront la meilleure qualité optique dans votre fourchette de prix et qu’ils encaisseront les multiplicateurs 1.4.

Cependant, ils ne sont pas équipés d’AF motorisé ultra-rapide. Ce n’est donc pas le bon choix si vos sujets sont principalement des sujets en mouvement rapide ou si votre appareil nécessite une optique motorisée. En conclusion, préférez le 300/4 de marque. Pour un prix un peu moins élevé, regardez du côté du Sigma 300/4 sauf si vos sujets principaux sont les oiseux, auquel cas 300 mm ne seront pas suffisant. Il faudra dans ce cas regarder du côté du 400 5.6. Attention également avec la compatibilité des Sigma sur vos boitiers numériques récents !

500 à 1200 euros

Voici la gamme des couteaux suisse, ces bonnes optiques qui accompagneront et complèteront très bien votre sac et cela même si vous passez sur un téléobjectif plus imposant tel que le mythique 500/4.

Les Zooms Sigma 120-400 OS HSM >> L’optique de dernière génération, pour un prix des plus compétitifs elle vous proposera le meilleur compromis x sur un zoom dans cette gamme de prix et cela que ce soit en stabilisation, en motorisation ultra-rapide ainsi qu’en qualité optique.

 

C2medias, agence de communication interactive

Canon 100-400 IS >> Le zoom référence des canonistes. C’est le choix à faire si vous n’avez pas confiance dans le métissage de marques. Il est d’une qualité optique un poil en dessous du 120-400 Sigma, l’af est plus véloce avec cet optique Canon mais il fait référence de « papy » à côté du petit nouveau de chez Sigma, surtout coté stabilisation. Sigma 100-300/4 >> Au prix d’un 300/4 fixe il n’en a pas la qualité optique et ne supporte pas très bien l’ajout d’un multiplicateur 1.4X. C’est une optique assez particulière. Peu rependue en animalier elle reste bien plus pratique sur les bords d’un circuit automobile ou lors de compétitions sportives en extérieur. Sigma 50-500, 150-500 >> Sombre et d’une qualité optique peu intéressante ces objectifs ne sont pas les meilleurs choix. Il ne faut pas se laisser séduire par les 500 mm affichés et préférer une qualité meilleure avec une optique un poil plus courte. En conclusion, Le 120-400 est a l’heure actuelle le meilleur compromis dans cette gamme en attendant une réponse des grandes marques avec un successeur aux 100-400 IS ou 80-400 VR

 

Les Focales Fixes Nikon/Canon 300/4 Stabilisé, Meilleurs choix de la gamme, ils vous procureront une qualité optique digne des plus belles optiques. Pourvu d’un AF ultra rapide, ils encaisseront également très bien les multiplicateurs 1.4x. Ces optiques restent un choix parfait pour les photographes qui n’ont pas besoin d’être constamment à 400mm mais pour qui la qualité optique est importante et la luminosité une nécessité (sous-bois etc.) Canon 400/5.6, Malheureusement pas stabilisée cette optique se rapproche des performances de l’optique précédente. Il s’agit d’un bon choix pour les photographes qui se destinent par exemple plus à la photographie d’oiseaux en affût plutôt qu’à la traque de sanglier en sous bois. En conclusion, dans cette gamme il faut vraiment bien réfléchir à la future utilisation de votre optique. Une optique lumineuse pour les sous-bois : 300/4, Une optique longue pour les oiseaux : 400 5.6, Une optique hyper polyvalente, légère et passe partout : 120-400 ou 100-400

1200 à 2500

Sigma 120-300 2.8 et 300 2.8 >> La joie de l’ouverture ultime le choix est mince, un zoom et une focale fixe et bien évidemment les deux chez Sigma. De qualité optique semblable, préférez le 300 2.8 fixe un peu moins chère, sauf si pour vous la polyvalence du zoom est importante. Un af rapide, une ouverture idéale pour les conditions d’éclairage difficile (sous-bois) mais pas de stabilisation. Deux optiques qui encaissent vraiment très bien un multiplicateur 1.4x

Quand on aime on ne compte pas …

Nikon 200/400 >> La polyvalence. Un poil en dessous des optiques ci-dessous, ce zoom est fait pour les fanas de polyvalence, elle encaisse plutôt bien le 1.4x. L’idéal en billebaude.


300 2.8 >> L’ouverture ultime et la polyvalence à bon prix. Une optique qui encaisse les 1.4x et 1.7x sans broncher ! Une optique courte et idéale en sous bois qui arrivera à encaisser plus modestement le multiplicateur x2 en cas de besoin.
500/4 >> L’optique de référence, le meilleur compromis pour l’animalier. Malheureusement un peu longue et un poil sombre pour traquer les animaux dans la végétation dense.
Sigma 500/4.5 >> L’optique de référence en version non stabilisée made in Sigma. Plus légère, moins encombrante, d’une qualité optique raisonnable pour un prix très abordable. Voilà une optique qui peut vous permettre de toucher au rêve même si votre budget ne vous permet pas l’acquisition d’un 500/4 IS ou VR. Prévoir cependant l’utilisation d’un monopode ou d’un trepied, et elle supporte mal l’utilisation d’un 1.4x, même si la perte optique reste à la limite de l’acceptable, l’AF n’est plus fonctionnel.

 

 

 


400/2.8 >> Lourde et encombrante elle accompagnera à merveille les affûts dans les milieux difficiles et encaissera parfaitement les 1.4 et 1.7x
600/4 >> L’optique des oiseaux, lourde et encombrante elle ira chercher les plus petits sujets. Il ne faudra pas compter sur elle lors de longues promenades en montagnes

 

 

* AF: Auto-Focus – Motorisation qui permet la mise au point sur le sujet.

Facebook Comments
Sebastien Delehaye on Email
Sebastien Delehaye
Photographe Tireur Rédacteur Studio Lille

Sebastien Delehaye est l’un des deux créateurs de RevuePhoto, pris de passion par la photographie il en a fait son métier. Dirigeant de la société Studio-Lille, il est spécialisé dans l’impression de tirage d’art et les agrandissement d’exposition, de décoration.